Le portail infoservices de la commune de Venizy

SOMMAIRE

La météo du jour

 

Le journal des hexagons

LREM – RN : love story

 

 

 

 Actualité municipale

  Prochain Conseil Municipal le 4 juillet à 19h

Les niveaux de pollution aux pesticides : Venizy très mal classé

Carte Adonis interactive d’utilisation des pesticides en France

Indice de fréquence de traitement phytosanitaire des surfaces agricoles

  • Retrouvez les informations cartographiques sur la situation de l’utilisation des pesticides en France métropolitaine

  • Zoomez sur la carte ou entrez le nom de la commune recherchée

  • Puis survolez et cliquez pour obtenir les informations sur les indices de fréquence de traitement (IFT) localisés

L’indice se rapporte aux seules surfaces agricoles de la commune, quelle que soit la part de la surface agricole du territoire communal. L’Indicateur de Fréquence de Traitement (IFT) correspond au nombre de doses de produits phytosanitaires appliquées par hectare pendant une campagne culturale. L’IFT communal correspond à la moyenne des IFT  par culture. L’IFT total (hors biocontrôle) concerne tous les types de produits de synthèse (herbicides, insecticides, fongicides, traitements de semences, autres).

Pourquoi cette carte ?

La carte Adonis a pour ambition de porter à la connaissance de tous les données communales sur l’usage des pesticides.

La valeur de l’indice de fréquence de traitements phytosanitaires (IFT) communal répond à deux finalités majeures :

  • être utilisée à des fins de recherches scientifiques et
  • servir de référence pour la définition et l’évaluation des politiques publiques nationales et européennes, dans des démarches de labellisation des exploitations agricoles et d’établissement de plans de progrès visant à réduire l’utilisation des produits phytosanitaires.

Cette plateforme permet de contribuer à la mise en oeuvre :

  • de la Directive européenne « pesticides » du 21 octobre 2009 déclinée en France par les plans Ecophyto I et Ecophyto II
  • du Plan National Nutrition Santé 4 (2019-2023) lancé le 20 septembre 2019 par Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la santé, qui recommande de consommer des produits végétaux non contaminés par les pesticides

Face aux enjeux environnementaux et de santé publique, il est nécessaire de construire une agriculture durable économe en intrants et respectueuse des ressources naturelles et d’assurer aux Français une alimentation de qualité pour réduire la prévalence des maladies chroniques.

Le scénario Afterres2050 produit par Solagro propose un horizon agricole et alimentaire pour la France. Dans sa nouvelle version, il prévoit une réduction de 90% de l’usage des pesticides et une extension à 70% de surfaces en bio.

Réalisé par Solagro

SÉCHERESSE

SÉCHERESSE : Nouvelles restrictions pour l’Yonne
Voir l’arrêté préfectoral du 23 juin.

En cas de sécheresse exceptionnelle, le préfet arrête pour l’année en cours, les zones pour lesquelles des mesures de restriction peuvent être mises en œuvre, et pour lesquelles une information particulière sera effectuée sur la situation de sécheresse. Cette information est déclenchée par le franchissement des seuils de vigilance. Le franchissement des seuils est constaté sur la base des informations, fournies régulièrement et systématiquement par la DREAL Bourgogne entre avril et octobre. Ces données sont fournies pour la station de jaugeage de référence de chaque zone d’alerte. Le tableau des débits de référence utilisés figure en annexe.

Le préfet constate par arrêté le franchissement des seuils. Les mesures de restriction ou d’interdiction de certains usages de l’eau sont arrêtées par le préfet après avis de la cellule sécheresse. Un seuil de levée des mesures est également défini. Mais dans les cas où les niveaux des nappes souterraines sont anormalement bas (par exemple en cas de faible recharge hivernale), le préfet peut également intervenir.

Télécharger l’affiche en très grand format

Les entreprises de l’eau appellent les usagers à “la sobriété” dans leur consommation

La Fédération professionnelle des entreprises de l’eau, qui représente notamment la Saur, Suez et Veolia, réclame, lundi, “une planification de la politique de l’eau volontariste”.

A l’approche de l’été, le lobby de l’eau appelle à “anticiper” face à la sécheresse. La Fédération professionnelle des entreprises de l’eau (FP2E), dont les membres distribuent l’eau potable à 60% des Français, a invité, lundi 13 juin, tous les usagers – agriculteurs, industriels, services publics – à “la sobriété” dans leurs consommations.
Alors que 35 départements sont déjà soumis à des restrictions d’usage, le manque d’eau pourrait menacer d’ici à la fin de l’été une grande part du territoire national. L’association rappelle les “situations problématiques” de l’été 2019, au cours duquel 88 départements avaient été soumis à des restrictions. Certaines communes rurales avaient alors dû être approvisionnées par camions-citernes. “Ne pas revivre ces situations problématiques pour la population et pour les activités économiques impose d’anticiper”, souligne la FP2E.

 

“Renaturation” du Créanton

Les travaux de restauration hydromorphologique  du Créanton avancent à grands pas. Le tracé définitif des méandres retrouvés est déjà bien visible. Le lit actuel va ainsi être allongé de près d’un kilomètre entre Le Ruet et Venizy.

Voir aussi en page : Dossiers majeurs

Une courte vidéo de l’avancement des travaux :

  RD30 : gouverner c’est prévoir  

Circulation dans la Grande Rue et avenue des Ouches (RD30 et 129A)

Signalétique – Panneau de limitation de vitesse 50km/h  ou Limitation 30 KM/H en ville : quel bilan ? effet sur l'environnement ? Emission CO2, pollution... ?    Une consultation est en cours auprès des riverains.

Y-a-t-il un pilote dans l’avion?

La “planification” des travaux routiers se ferait, paraît-il, sur 5 ans…. Ceci, ajouté au bond du coût des matières premières, expliquerait le retard dans la réfection de la partie venizienne de la RD30.
C’est donc de la faute à personne. C’est une fatalité et nul n’y peut rien.

La Cour des Comptes s’est récemment alarmée de l’état des routes en France (donc de leur gestion budgétaire). La qualité du réseau routier est une part essentielle des services publics. Tout ce qui participe au sentiment d’abandon et de délaissement des zones rurales accroit la défiance envers le politique et pousse les populations  à l’abstention ou à des choix électifs aussi absurdes que dangereux.

La remise en état des routes ne doit plus être une variable d’ajustement des budgets communaux et départementaux.

Les titres des chapitres du rapport de la Cour des Comptes sont suffisamment édifiants et présagent du contenu.
L’absence d’une véritable politique routière“, “l’insuffisance des outils de pilotage et de programmation” et, enfin, “des réformes et des réorganisations nécessaires“.
Dans ces 139 pages publiées par la Cour des comptes ne parle  pas seulement des routes françaises mal entretenues, elle flingue.
Évidemment, l’organisme n’a pas compté les nids-de-poule, ornières et diverses crevasses qui décorent les nationales, départementales et vicinales hexagonales, il fait mieux.
Dans son document, il explique le pourquoi du comment :

Pour quelles raisons en sommes-nous arrivés là ?
À cause d’une décentralisation mal conçue au sommet de l’État et mal vécue au niveau local. Des routes ultra-sollicitées et ultra-abîmées Résultat de cette délégation : l’État lui-même ne gère plus que 1,1 % des routes. Sauf que ce tout petit pourcentage représente pas loin de 20 % de la circulation, que les pouvoirs publics nationaux ont sans doute d’autres chats à fouetter, et que ces autoroutes de liaisons ou quatre voies, puisqu’elles sont ultra-sollicités, sont aussi ultra-abîmées. Le sort des 380 000 voies sous la houlette des départements, et des 700 000 routes qui sont sous la coupe des communes n’est pas bien meilleur. Ces collectivités territoriales et locales voient leurs prérogatives renforcées, mais sans les budgets qui pourraient leur permettre de les gérer. Alors la Cour des Comptes appelle l’État à prendre ses responsabilités.

Pour le contrôleur des comptes publics, l’instance nationale doit rester le patron des routes françaises. Un rôle crucial que “l’État ne s’est pas donné les moyens d’exercer”. Une inconséquence qui, justement, a de graves conséquences sur la sécurité routière, “et notamment sur les usagers de deux roues” note le rapport.

Reste évidemment à envisager des solutions, “le plus rapidement possible selon la Cour. Pour l’organisme, ces solutions passent par une reprise en main de la part de l’État, sans toutefois revenir vers une centralisation du réseau routier. Cette reprise en mains doit prendre la forme “d’une politique nationale en concertation avec les collectivités territoriales”, mais aussi et surtout, d’une obligation de se donner “les moyens d’un financement pérenne. Pour que la remise en état des routes ne soit plus une variable d’ajustement des budgets communaux et départementaux, ou l’on puise lorsque l’on a un petit excédent, et que l’on reporte aux calendes grecques en période de disette.


Votez pour nous !
Et encore merci.

Le maintien de la sécurité (lu sur le site  du “89” )

Le Département assure l’aménagement et l’entretien du réseau routier départemental, avec une réponse adaptée aux besoins.
Le Département aménage et entretient les 4 850* km de son réseau routier (ouvrages d’art inclus), afin d’assurer la pérennité du patrimoine et de maintenir la sécurité des usagers sur l’ensemble du territoire. Chaque année, une programmation de travaux est établie, tenant compte des urgences.
Elle concerne à la fois les travaux effectués en interne par la régie (entretien et maintenance) et ceux menés par des entreprises extérieures sous la houlette de la direction des Infrastructures routières (grosses opérations). Les équipes du Conseil départemental effectuent également des opérations de sécurité dans les domaines de la signalisation horizontale et verticale, de l’élagage, du fauchage, du curage de fossés…

Les riverains* qui subissent, nuit et jour, depuis 3 ans, le tonnerre invraisemblable des remorques  et des camions  rebondissant sur la “chaussée” (ou ce qu’il en reste…) apprécieront la performance de la houlette…

3 ans d’attente  : une redoutable inertie

Le Conseil Départemental a prévu de refaire par des “travaux externalisés” 92,84 km de routes en 2022 pour un coût global de 12,7 millions d’euros.  Ce qui ramène le prix kilométrique à une moyenne de 140 000€.   (chiffres officiels. cf. yonne.fr)
Combien pour les 500 m de la RD30 qui font vivre un enfer à la population de Venizy depuis 3 ans ? Chacun jugera du sens donné par le Département aux mots “sécurité” et “urgence”. Et les conducteurs de deux roues particulièrement..

Une partie de la D905  refaite du 27 au 28 juin à Saint-Florentin par le département

Lire : travaux “urgents” à Auxerre, tout va bien

Lire : la Cour des Comptes s’alarme de l’état des routes en France – le rapport complet

ANIMATIONS

VENIZY : FÊTE NATIONALE

À l’initiative de la municipalité avec le concours actif des bénévoles du Foyer Rural & de l’Amicale des Sapeurs Pompiers

13 juillet :
À partir de 20h30 : une petite  restauration sera proposée par l’Amicale des Sapeurs-Pompiers avant et après la retraite aux flambeaux, la buvette sera tenue par le Foyer Rural.

21h30 : retraite aux flambeaux (départ à la nuit tombée)

23h00 : tir du feu d’artifice suivi d’un bal animé par DJ.

14 juillet
13h30 : inscription au concours de pétanque.

15h00 : structures gonflables pour tous les âges (Foyer Rural)

18h30 : le Maire et la municipalité vous offrent l’apéritif.

19h30 : barbecue organisé par l’Amicale des Sapeurs Pompiers.

 

DIVERS – INFO

DERNIÈRE INFOLETTRE

L’Infolettre de juin 2022 est en ligne. Voyons ça...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Actualité département & région

Plus d’actualités locales (par Google Actualités)  

TRAIL DE LA FORÊT D’OTHE

En 2019, le Trail de la Forêt d’Othe avait confirmé sa notoriété avec près de 870 participants pour ses 4 épreuves de trails et  170 partants en épreuve randonnée. Puis le Covid s’en est melé, nous obligeant à revoir nos attentes. Après une pose en 2020, nous avons pu organiser un mini-TFO en 2021, en attendant des jours meilleurs… Néanmoins notre communauté répond toujours présent, quelques soit les circonstances, nos épreuves affichent toujours complet en terme de participants !  C’est la récompence bien méritée du travail de nos bénévoles et c’est une immense fierté ! Toute l’équipe de l’organisation tient à les remercier, ainsi que tous les participants qui nous font confiance, souvent d’année en année, et qui promettent de revenir…

Cette année 2022 sera probablement marquée par d’autres événements, d’autres inquiétudes, mais on y croit ! Continuons à avancer, à partager, à se soutenir et à se dépasser…

Rendez-vous  le dimanche 03 juillet 2022 !

En savoir plus : https://www.trail-foret-dothe.fr/

Agenda culturel de Saint-Florentin – été 2022


Cliquez pour agrandir

De très nombreuses activités culturelles sont proposées par la municipalité et les associations florentinoises :  expositions, musique, visites commentées, danse, ateliers…

Découvrez l’ensemble du programme en téléchargeant l’agenda complet

 

Yonne Tour Sport

Yonne Tour Sport propose des activités de 10h à 12h30 et de 14h à 17h du lundi au vendredi pendant les 6 semaines du 11 juillet au 17 août 2022. La formule est souple et pratique pour les familles qui peuvent inscrire leurs enfants pour 1h, 2h, 3h, la 1/2 journée ou la journée entière.
Le Yonne Tour Sport est une manifestation itinérante, où chaque étape correspond à une commune différente. L’objectif est de couvrir l’ensemble du département sur la totalité de la manifestation, en veillant à proposer, sur une semaine, une date par secteur du département. Selon les possibilités et les contraintes de la manifestation, l’objectif est également de proposer, au minimum, une date par canton.

Télécharger l’affiche

Sortir dans l’Yonne

VIDE GRENIER ST ANDRE DIMANCHE 19 JUIN - Site mairie Burdignin Tous les vide-greniers de l’Yonne jusqu’à la fin de l’année ? C’est  ICI !

source Yonne Républicaine

Les autres activités du département (en prime, celles dépassées depuis plus de 3 ans !)

Proposé par l’Agence de Développement Touristique et Relais Territorial des OT & SI de l’Yonne

16 – 18 , Boulevard de la Marne
89000 AUXERRE
Tel. 03 86 72 92 00

Services “publics”

Retrouvez le BUS Services à Chailley, le quatrième jeudi de chaque mois, de 9h15 à 12h30

Les publications de la Région et du Département

Au fil de l'Yonne

Le nouveau numéro du magazine d’information du “89” et des octoneuviens est en ligne.

À télécharger

NOUVEAU ! Des livres numériques à télécharger !

Guide des PME

Le guide des aides spéciales aux PME. 32 pages à découvrir.

 

 

 

 

Actualité générale

Plus d’actualité nationale et internationale.(par MSN Actualités)

Éric Coquerel (LFI) élu  président de la commission des finances

La candidature critiquée d'Eric Coquerel | LeJSDLa fin du suspense dans l’hémicycle du Palais-Bourbon. Eric Coquerel a été élu à la tête de la très convoitée commission des finances, jeudi 30 juin, avec 21 voix. Le député de La France insoumise a battu lors d’un troisième tour décisif à la majorité relative le candidat RN, Jean-Philippe Tanguy. Cette commission prestigieuse contrôle notamment le budget de l’Etat. Il est de coutume qu’elle soit présidée par un membre de l’opposition, ce qui explique l’absence de candidat de la majorité pour en prendre la tête. Ce sont les membres de la commission qui élisent leur président, et non l’intégralité des députés de l’Assemblée nationale.

Les trois fournisseurs d’accès d’énergie appellent à une réduction de la consommation face à la flambée des prix

Butane ou propane : quelles différences pour quel usage ? | MesDépanneurs.fr

La directrice générale d’Engie, le président-directeur général d’EDF et le président-directeur général de TotalEnergies signent une tribune dans le “JDD”.

Ils tirent la sonnette d’alarme. Les trois principaux fournisseurs d’énergie en France appellent à une réduction de la consommation face à la flambée des prix, dans une tribune publiée dans Le Journal du dimanche en date du 26 juin. “Depuis maintenant des mois, le système énergétique européen subit de fortes tensions et le système énergétique français n’est pas épargné. Les livraisons de gaz russe par pipeline ont fortement baissé pour certains pays, dont la France”, écrivent Catherine MacGregor, directrice générale d’Engie, Jean-Bernard Lévy, président-directeur général d’EDF, et Patrick Pouyanné, président-directeur général de TotalEnergies.

Selon eux, une sobriété énergétique d’urgence s’impose. “Bien qu’en augmentation, les importations de gaz naturel liquéfié (GNL) sont aujourd’hui encore trop limitées pour compenser ces baisses” et “les capacités de production électrique pilotable en Europe sont également en tension à la suite de choix nationaux ou pour des programmes de maintenance”, expliquent-ils. A cela, viennent s’ajouter “les conditions climatiques et la sécheresse”, qui amputent “la production hydraulique”.

 

​La flambée des prix de l’énergie qui découle de ces difficultés menace notre cohésion sociale et politique et impacte trop lourdement le pouvoir d’achat des familles.

Catherine MacGrégor, Jean-Bernard Lévy et Patrick Pouyanné

“La meilleure énergie reste celle que nous ne consommons pas, poursuivent-ils. Agir dès cet été nous permettra d’être mieux préparés pour aborder l’hiver prochain et notamment préserver nos réserves de gaz.”

Engie, EDF et TotalEnergies invitent ainsi les particuliers et les entreprises à limiter immédiatement” leurs “consommations énergétiques, électriques, gazières et de produits pétroliers”. ​“L’effort doit être immédiat, collectif et massif. Chaque geste compte. Et ne nous trompons pas : économiser l’énergie, c’est augmenter le pouvoir d’achat et c’est aussi réduire les émissions de gaz à effet de serre”, martèlent leurs dirigeants.

Peut-il y avoir une pénurie ?

Le ministère de la Transition énergétique se montrait rassurant début juin : “Il n’y a pas de risque de pénurie à court terme. Il existe 90 jours de stocks stratégiques, en plus des stocks commerciaux, et ces stocks sont répartis sur l’ensemble du territoire.” Jan Horst Keppler, professeur d’économie à Paris-Dauphine, n’anticipait pas non plus de panne sèche généralisée. Mais de potentielles pénurie ponctuelles sont cependant possibles : Il y a différentes qualités de pétrole, certaines raffineries n’auront peut-être pas la qualité de pétrole à laquelle elles sont habituées et n’auront pas la capacité de substituer une qualité de pétrole à une autre. Cela pourrait créer des pénuries ponctuelles dans certaines raffineries.”

“Il faudra surveiller de très près la disponibilité en essence, en fioul diesel et fioul de chauffage, davantage même que la disponibilité en pétrole brut.”

Jan Horst Keppler, économiste

Mais si l’on en croit les patrons de TotalEnergies, EDF et Engie, la situation semble plus préoccupante. ​”Nous devons engager un grand programme d’efficacité énergétique et une chasse au gaspillage nationale. L’effort doit être immédiat, collectif et massif. Chaque geste compte”, écrivent les trois fournisseurs.

C’est aussi ce que laissait entendre le gestionnaire du réseau de transport d’électricité (RTE) il y a deux semaines auprès de TF1“Nous avons, depuis plusieurs années, annoncé qu’une série d’hivers, de 2018 à 2024, seraient délicats”, note RTE. “Nous nous trouvons en effet dans une période charnière, marquée par une série d’événements à gérer : la fermeture des centrales au fioul et à charbon, celle [nucléaire] de Fessenheim, mais aussi du retard quant au développement d’autres modes de production”.

Reprise de l’épidémie de Covid-19

Covid-19 : Santé Publique France développe un système de surveillance spécifique auprès des professionnels de santéLe bilan quotidien de Santé publique France de l’épidémie de Covid-19 fait état ce mercredi  de 53 802 nouvelles contaminations recensées en 24 heures. Ce chiffre élevé est à la fois dû à une circulation du virus en hausse, mais aussi aux jours fériés.

“Là, c’est très clairement une reprise épidémique qui est liée à l’arrivée de nouveaux variants de la famille Omicron, qui s’appellent BA4 BA5 “, soutient mercredi 22 juin l’infectiologue Anne-Claude Crémieux. “Des variants qui diffusent plus vite”, ajoute l’infectiologue. En une semaine, le nombre de nouveaux cas en France a bondi ainsi de près de 50%, avec près de 50 000 nouvelles infections par jour en moyenne sur la période du 12 au 18 juin.

“Ça montre bien qu’il y a une érosion de l’efficacité de la protection du vaccin contre les formes sévères, au bout de quatre à six mois.”

Les personnes de plus de 60 ans peuvent remettre le masque quand elles sont dans un milieu très confiné où, évidemment, le risque augmente. Je pense plutôt à des salles très fermées avec plusieurs centaines de personnes. Ça peut être le métro. Dans la rue non. On doit porter un masque quand on est cas contact. Ça, c’est vraiment très important et évidemment, si on est symptomatique.

L’inflation continue à progresser :  + 5.8% en un an

Sur un mois, les prix à la consommation ont augmenté de 0,7%, comme en mai, selon une première estimation provisoire de l’Insee, jeudi.

La hausse des prix à la consommation en France s’est encore accélérée au mois de juin pour atteindre 5,8% sur un an, contre 5,2% en mai, selon une première estimation provisoire publiée par l’Insee, jeudi 30 juin. La barre des 5% d’inflation, nettement dépassée, n’avait plus été franchie depuis le mois de septembre 1985.

“Cette hausse de l’inflation serait due à une accélération des prix de l’énergie et de l’alimentation”écrit l’Insee. Résultat : “sur un mois, les prix à la consommation augmenteraient de 0,7%.” A ce titre, les prix de l’énergie et des produits alimentaires ont respectivement augmenté de 33,1% et 5,7% par rapport à juin 2021. Côté services, les prix progressent en juin de 3,2% sur un an, au même rythme que le mois précédent. L’institut précise que les prix des produits manufacturés, qui ralentissent à 2,6%, contre 3% en mai, restent stables en raison du début des soldes d’été.

Dans cette première estimation, l’Insee ne précise pas le niveau de la hausse des prix pour les 20% de la population qui ont les plus bas revenus. Ce chiffre sert notamment à réévaluer le salaire minimum lorsque la progression pour cette tranche de la population atteint 2%.


 

Vues : 18305

Lien Permanent pour cet article : http://www.venizy.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.