Le portail infoservices de la commune de Venizy

22 mai : risque d’orages dans la nuit et toute la journée du 23

SOMMAIRE

La météo du jour

Le journal des hexagons

La guerre en Ukraine

 

Le site de référence qui regroupe toutes les initiatives déclarées pour aider l’Ukraine.

Guerre en Ukraine

Vers un bond en arrière de l’économie russe

Le gouvernement russe tente d’afficher sa sérénité, mais les perspectives sont peu engageantes. La perte de compétitivé russe pourrait s’avérer plus prononcée que ne le suppose le scénario de référence”, reconnaît d’ailleurs la Banque centrale russe (en anglais)“Le pire est à venir”, écrit l’économiste Sergueï Guriev, professeur à Sciences Po Paris, pour le média indépendant The Conversation (en anglais)“Même si l’économie russe pourrait construire un nouvel équilibre en un an ou deux, elle ne parviendra pas de sitôt à retrouver les niveaux d’avant-guerre ; et continuera de prendre du retard sur les économies développées.” Les investissements en recherche et développement sont au point mort, ce qui va pénaliser durablement les capacités d’innovation du pays.

L’agence Bloomberg a pu consulter (en anglais) les prévisions internes du ministère des Finances russe, qui planche sur une contraction de 12% de l’économie cette année. Du jamais-vu depuis 1994. Toujours selon cette source, les sanctions occidentales seraient à elles seules responsables d’une contraction de 10,8% et d’environ 5% en 2023. Le gouvernement russe, cité par l’agence Tass*, a ensuite démenti ces chiffres, mais la BCR avait déjà dévoilé fin avril des prévisions entre 8 et 10%. D’autres estimations évoquent une récession plus prononcée à 10% (Goldman Sachs) ou 15% (Institute for International Finance). L’économie russe pourrait donc replonger dix ans en arrière.

USA : 40 milliards de dollars pour combler le déficit de Kiev

Joe Biden a signé la loi, adoptée jeudi par le Congrès, apportant une gigantesque enveloppe de 40 milliards de dollars (37,8 milliards d’euros) pour l’effort de guerre ukrainien contre la Russie, a annoncé samedi 21 mai la Maison Blanche. Le président américain a signé ce texte pendant son voyage officiel en Corée du Sud. La loi comprend 6 milliards de dollars pour permettre à l’Ukraine de s’équiper en véhicules blindés et de renforcer sa défense anti-aérienne. Vendredi, les pays du G7 réunis en Allemagne ont également promis de mobiliser 19,8 milliards de dollars (18,7 milliards d’euros) afin d’aider l’Ukraine à “combler son déficit financier”.

 

 

 

 

 

 Actualité municipale

C’est reparti, mon kiki

Avec les beaux jours, l’agriculture pelousière a repris ses droits. Ça pétarade à qui mieux mieux à n’importe quelle heure de la journée. (et encore bravo aux retraités qui tondent à 8h le dimanche matin).
Inutile de faire appel au sens civique des mal-comprenants mais au cas où, simplement,  ils ne se rappelleraient plus des horaires fixés par arrêté municipal, les voici* :

Horaires des tontes et travaux domestiques bruyants
De 8h30 à 12h et de 14h30 à 19h30 du lundi au vendredi (sauf jours fériés)
De 9h à 12h et de 15h à 19h les samedis
De 10h à 12h et de 16h à 18h les dimanches et jours fériés
*qui a parlé d’uriner dans un violon?

Fermetures exceptionnelles

Secrétariat de la mairie fermé les 23 et 27 mai 2022

Inscriptions à l’École de Musique de la CCSA

L’école de musique ouvre ses inscriptions pour la prochaine rentrée.
Vous trouverez ici les documents nécessaires pour s’inscrire à l’Ecole de Musique de la CCSA pour
2022-23 ainsi que l’emploi du temps des cours.
Afin de permettre à chacun de pouvoir rencontrer les professeurs, découvrir les projets de l’année ou tout simplement se renseigner sur la musique dans sa région, ceux-ci seront présents lors de nos portes-ouvertes les 5, 6 et 7 juillet prochain à l’école de musique de Venizy.

Les cours reprendront le lundi 12 Septembre 2022.

PDF Multiple à télécharger

 

&

ATTENTION

AGENCE POSTALE COMMUNALE ET BIBLIOTHÊQUE
Ouverture uniquement le mardi et le jeudi
De 16 h à 18h30 et jusqu’à nouvel ordre
Vous pourrez récupérer vos avisés  à Champlost,
21 Route de Paris  du lundi au samedi de 8h30 à 11h30

Pour accueillir des réfugiés ukrainiens :

Merci à toutes celles et à tous ceux qui ont fait preuve de générosité et de solidarité en offrant mobilier et ustensiles pour meubler l’appartement qui est mis à la disposition d’une famille ukrainienne.
On recherche encore : lave linge, télévision et petit électroménager ( cafetière, micro ondes …)
Si vous voulez en savoir plus ou si vous souhaitez offrir votre aide ou d’autres objets, merci de prendre contact avec la Mairie au 03 86 35 09 76

“Renaturation” du Créanton

Les travaux de restauration hydromorphologique  du Créanton avancent à grands pas. Le tracé définitif des méandres retrouvés est déjà bien visible. Le lit actuel va ainsi être allongé de près d’un kilomètre entre Le Ruet et Venizy.

Voir aussi en page : Dossiers majeurs

  D30 : de qui se moque-t-on  ?  

Chic ! Bientôt la Saint Glinglin

La réfection des 500m de la D30 (Grande rue et avenue des Ouches) dans la traversée de Venizy sera entreprise, paraît-il, à la fin de l’été prochain. Comme si l’évidence ne suffisait pas, un expert dépêché par le Conseil Départemental  est passé “étudier” la situation.
Ses conclusions techniques sont sans appel : “Ah ben oui..ah ben dis-donc, ça craint…“.


Le maintien de la sécurité (lu sur le site  du bonheur absolu )

Le Département assure l’aménagement et l’entretien du réseau routier départemental, avec une réponse adaptée aux besoins.
Le Département aménage et entretient les 4 850* km de son réseau routier (ouvrages d’art inclus), afin d’assurer la pérennité du patrimoine et de maintenir la sécurité des usagers sur l’ensemble du territoire. Chaque année, une programmation de travaux est établie, tenant compte des urgences.
Elle concerne à la fois les travaux effectués en interne par la régie (entretien et maintenance) et ceux menés par des entreprises extérieures sous la houlette de la direction des Infrastructures routières (grosses opérations). Les équipes du Conseil départemental effectuent également des opérations de sécurité dans les domaines de la signalisation horizontale et verticale, de l’élagage, du fauchage, du curage de fossés…

Les riverains* qui subissent, nuit et jour, depuis 3 ans, le tonnerre invraisemblable des remorques  et des camions  rebondissant sur la “chaussée” (ou ce qu’il en reste…) apprécieront la performance de la houlette…

Une redoutable efficacité

Le Conseil Départemental a prévu de refaire par des “travaux externalisés” 92,84 km de routes en 2022 pour un coût global de 12,7 millions d’euros.  Ce qui ramène le prix kilométrique à une moyenne de 140 000 €.  Combien pour les 500 m qui font vivre un enfer à la population de Venizy depuis 3 ans ? Chacun jugera du sens donné par le Département aux mots “sécurité” et “urgence”.

Lire : travaux “urgents” à Auxerre, tout va bien

Lire : la Cour des Comptes s’alarme de l’état des routes en France

ATELIER ART & COULEURS VENIZIEN

Les mardis et jeudis de 13h30 à 17h30. 8 Grande Rue à Venizy.
06 61 46 18 01

Les productions du mois de mai

Cliquez pour agrandir

ANIMATIONS

TURNY : sentier des arts

Le 5e Sentier des Arts de Turny se tiendra les 4-5-6 juin prochains (week-end de Pentecôte) de 14h à 19h les 3 jours.
Vous pourrez retrouver 50 artistes qui exposent dans 21 lieux différents de la commune de Turny et ses hameaux.
A très bientôt à Turny pour ce parcours artistique !

 

         Exposition Art et Artisanat du 22 mai :
      voir les images en page Services > Associations >A.C.P

Expo étonnante

27, 28 et 29 mai de 14h à 18h

Esplanade de la Maison de la Culture : présentation d’une vingtaine de dinosaures (en résine!), parcours pédagogique, animations pour les enfants, film documentaire… Vous saurez tout sur les grosses bêtes du jurassique !
Entrée unique : 8€

Ateliers Prévention Routière

Cliquez pour agrandir

Organisés par  le Centre Social de Saint Florentin

Ateliers gratuits

DIVERS – INFO

DERNIÈRE INFOLETTRE

L’Infolettre de mai-juin 2022 est en ligne. Voyons ça...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Actualité département & région

Plus d’actualités locales (par Google Actualités)  

La CCSA demande des sous au département pour payer
la piscine de Saint-Florentin

La communauté de communes Serein-et-Armance, réunie jeudi 19 mai 2022 au soir à Saint-Florentin, a revu son plan de financement concernant le futur centre aquatique qui devrait ouvrir ses portes en septembre prochain. Une subvention de 500.000 € a été demandée au Département dans le cadre du contrat de territoire.

Ce jeudi 19 mai 2022, le conseil communautaire, réuni en assemblée, a approuvé à l’unanimité l’adhésion au projet de contrat de territoire du Département pour les cantons de Saint-Florentin et Brienon-sur-Armançon. Celui-ci propose l’attribution de subventions permettant de soutenir des projets intercommunaux et communaux. Mis en œuvre sur une période de six ans, ce contrat permet de toucher une enveloppe indicative de 2.460.000 euros, avec un seuil maximal de 500.000 euros de subventions par an, par commune et par dispositif.

Suite à cette aide aux investissements mise en place par le Département, la CCSA a revu son plan de financement concernant la construction du centre aquatique à Saint-Florentin et ses abords (y compris un parking). Une demande de subvention de 500.000 euros  a été votée à l’unanimité. Cette dernière permettrait d’amortir le coût du budget global des travaux évalué à 9.970.000 euros (sans les aménagements extérieurs ; car au total, le projet se chiffre plutôt à 11 millions), dont 3.804.000 euros à la charge de la communauté de communes.

Article complet dans l’Yonne Républicaine

 

 

L’YONNE EN ALERTE SÉCHERESSE.

Le département est passé en vigilance sécheresse, ce jeudi 19 mai 2022. Le préfet invite dès à présent les usagers à effectuer des économies d’eau et à réduire leur consommation. Le franchissement des seuils d’alerte, d’alerte renforcée ou de crise du plan sécheresse imposera la prescription de mesures de limitation ou de suspension de certains usages de l’eau sur les secteurs concernés. Un suivi hebdomadaire de la situation sera réalisé par les services de l’État. Le dispositif pourra être levé ou renforcé en fonction de l’évolution de la situation hydrologique.

 

Déclin de l’Yonne : 5000 habitants en moins en 10 ans

Selon les derniers chiffres de l’Insee, l’Yonne a perdu près de 5000 habitants en dix ans. Le département comptait lors du dernier recensement de 2018, 337 504 habitants. Sens est la ville Icaunaise qui tire le mieux son épingle du jeu.

Au fil des ans,  L’Yonne perd encore et toujours des habitants. L’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a publié les chiffres 2020  de la population en France, région par région. Les dernières statistiques confirment le fléchissement enregistré depuis maintenant une dizaine d’années dans le département.

 

50 ans d’imagination au pouvoir

Jean Chamant (RPR) (1970-1992) – Henri de Raincourt (UMP) (1992-2008) – Jean-Marie Rolland (UMP) (2008-2011) – André Villiers (UDI) (2011-2017) – Patrick Gendraud (LR) (2017)

Sortir dans l’Yonne

Tous les vide-greniers de l’Yonne jusqu’en juin  ICI

source Yonne Républicaine

Les autres activités du département (en prime, celles dépassées depuis plus de 3 ans !)

Proposé par l’Agence de Développement Touristique et Relais Territorial des OT & SI de l’Yonne

16 – 18 , Boulevard de la Marne
89000 AUXERRE
Tel. 03 86 72 92 00

Social

ADMR : revalorisation du point d’indice kilométrique

Les métiers de l’aide à domicile sont touchés de plein fouet par la conjoncture économique actuelle, et plus particulièrement par la flambée des prix des carburants dans les stations-service. Les employeurs icaunais mettent en place des aides financières afin d’atténuer l’impact de cette hausse pour leurs salariés au quotidien. Une revalorisation salariale est également envisagée. Ainsi Aurore Delalande apprécie par exemple l’aide financière temporaire mise en place en avril dernier (avec effet rétroactif au 1er février 2022) par le réseau national ADMR et ses fédérations départementales. Baptisée “chèque carburant”,
cette mesure se traduit dans l’Yonne par une revalorisation du point d’indice
kilométrique de 0,35 à 0,40 euro jusqu’au 31 mai 2022.

Services publics

Retrouvez le BUS Services à Chailley, le quatrième jeudi de chaque mois, de 9h15 à 12h30

Les publications de la Région et du Département

Au fil de l'Yonne

Le nouveau numéro du magazine d’information du “89” et des octoneuviens est en ligne.

À télécharger

NOUVEAU ! Des livres numériques à télécharger !

Guide des PME

Le guide des aides spéciales aux PME. 32 pages à découvrir.

 

 

 

 

Actualité nationale et+

Plus d’actualité nationale et internationale.(par MSN Actualités)

Écologie : des ministres bien peu convaincantes

Elles n’ont pas un profil très écolo

Au-delà des parcours des deux ministres, “je n’ai jamais eu l’occasion de les entendre sur les sujets environnementaux”, poursuit Jean-François Julliard. “Donc, on va voir, on va attendre, on va juger sur pièces.”

Jusque-là, ce ne sont pas les personnes qui ont manifesté un engouement particulier ou une vision particulière pour la transformation d’une société vers plus d’écologie.” Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace

Anne Bringault attend “de rencontrer” les deux ministres, “pour pouvoir leur exposer nos propositions et juger leurs volontés à agir”. La coordinatrice des programmes au sein du Réseau Action Climat souligne toutefois qu’Amélie de Montchalin “a peut-être été choisie plus pour sa fidélité que sur la dynamique qu’elle pourrait mettre sur la transition écologique”, mais “cela reste à vérifier”, convient-elle. Quant à Agnès Pannier-Runacher, “on peut craindre que sa vision soit très focalisée sur les technologies” et “le nucléaire va être un sujet très important de son ministère”, avance-t-elle.

Agnès Pannier-Runacher a plutôt un historique dans l’industrie, et une vision plutôt centrée sur les technologies.

Vendredi, les ministres ont commencé à développer leurs visions du sujet. Pour Amélie de Montchalin, “la transition écologique et la cohésion des territoires, sans jamais les opposer”. La nouvelle ministre de la Transition énergétique a quant à elle déclaré que “face à l’urgence climatique, le nucléaire, c’est une chance pour notre pays, une chance pour l’Europe”.

Deux ministères vont coexister

Pour l’avocat Arnaud Gossement, le problème réside plutôt dans “la nomination de deux ministres”. “Il faut écouter les scientifiques. Le Giec et la plateforme sur la biodiversité (IPBES) disent qu’il ne faut surtout pas traiter la crise environnementale en silo, avec l’énergie d’un côté et la nature de l’autre.”

Il faut traiter cette crise environnementale d’un bloc. Tout se tient ensemble.” Arnaud Gossement, professeur en droit de l’environnement

Avec cette structure, le risque est “de faire un sort à part à la question de l’énergie, en la déconnectant des enjeux écologiques globaux”, poursuit le professeur en droit de l’environnement. Celui-ci évoque des solutions “qui permettront peut-être de réduire nos émissions de gaz à effet de serre, mais qui pourraient créer d’autres problèmes”, comme la gestion des déchets nucléaires.

La création d’un “secrétariat général à la Planification écologique” auprès de la Première ministre rassure-t-elle l’avocat ? Ce secrétariat, confié à Antoine Peillon – ancien conseiller écologie, transports, énergie, logement et agriculture de Jean Castex – devra “coordonner l’élaboration des stratégies nationales en matière de climat, d’énergie, de biodiversité et d’économie circulaire” et veiller “à la bonne exécution des engagements pris par tous les ministères en matière d’environnement”. “Il est trop tôt pour dire si ce sera un progrès”, répond Arnaud Gossement. Celui-ci aurait préféré un vice-Premier ministre en charge du développement durable, une proposition portée par Nicolas Hulot en 2007. Un poste indépendant, “pour s’assurer que tous les projets de l’ensemble des ministres sont conformes au droit à l’environnement”.

La leçon de Jean-Marc JANCOVICI à M.MACRON

 

“M. Macron pense qu’on peut changer les lois de la physique par un vote à l’Assemblée nationale, je pense que M. Macron se trompe.”

Le président de “The Shift Project” demande une formation de 20h des membres du gouvernement : “le pays peut bien attendre 20 heures de plus pour que le gouvernement commence à travailler, on y survivra”.

ORPEA : le scandale s’amplifie

Une enquête révèle les salaires faramineux des dirigeants d’une filiale en Suisse

Une enquête de Radio France révèle la rémunération des deux dirigeants de la filiale suisse d’Orpea qui centralisait jusque fin 2020 les achats alimentaires en vue de la préparation des repas de tous les résidents des Ehpad du groupe en France. Des chiffres qui donnent le tournis alors que le budget alloué à l’alimentation de chaque pensionnaire est de 4 euros par jour.

Alors que le géant des maisons de retraite décroche en bourse, son action perdant près de 20% mercredi, Orpea est au cœur d’une nouvelle enquête. Radio France révèle jeudi les dessous d’une des filiales du groupe, Kauforg, qui se trouve en Suisse, et qui centralisait jusque fin 2020 les achats de denrées alimentaires en vue de la préparation des repas de tous les résidents des Ehpad et clinique d’Orpea en France.

Une façon de faire des économies qui ne semble pas condamnable, sauf si elles sont réalisées au dépens de la qualité, comme l’ont constaté l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) et celle des Finances (IGF) dans leur rapport, et comme l’affirme l’un ancien directeur de Kauforg, qui dénoncent des quantités « insuffisantes » et « rationnées ». Le but étant de ne pas dépasser la fameuse limite des 4 euros de CRJ (coût du repas journalier) par résident, déjà révélé lors de précédentes enquêtes.

143 000 euros par an et bonus annuel illimité

Cette priorité donnée à la performance financière a été mise en parallèle par les journalistes auteurs de l’enquête avec la rémunération très élevée de deux dirigeants, Français, de cette société. Leurs contrats de travail ont été révélés : ils percevaient un salaire annuel de 150 000 CHF bruts (soit 143 000 euros) par an, soit environ 12 000 euros par mois, auquel s’ajoutait un bonus annuel de la même somme dont l’employeur pouvait « librement décider de dépasser le plafond en cas de performance exceptionnelle de l’employé ». L’un de ces salaires annuels a donc pu atteindre 400 000 euros. Cela peut sembler beaucoup, mais ce chiffre est d’autant plus gigantesque qu’il s’agissait d’un tiers-temps. Les cadres étaient des salariés du siège d’Orpea en région parisienne, en plus d’être les gestionnaires de Kauforg. Un troisième cadre, directeur adjoint, était rémunéré 76 170 CHF bruts (72 748 euros) pour un tiers temps, soit environ 6 000 euros par mois.

Pour un Ehpad de 80 pensionnaires, cela correspond à près de sept ans de budget de nourriture !

Repas du soir Orpea

Cumulés, les salaires annuels de ces trois cadres représentent, pour un Ehpad de 80 pensionnaires, à « près de sept ans de budget de nourriture », s’insurge un ancien directeur interrogé. Par ailleurs, l’enquête remet en question la gestion réelle de l’entreprise, interrogeant des salariés qui disent ne les avoir vu que très rarement sur place.

L’enquête révèle aussi l’importance des commissions prises par Kauforg et les marges réalisées sur les achats effectués à leurs fournisseurs : de l’argent qui n’aurait pas assez été redistribués aux établissements entre 2018 et 2019, selon l’administration fiscale. La filiale facture aussi ses services à d’autres sociétés dans le paramédical, pour des sommes très élevées. Le PDG d’Orpea, Philippe Charrier, assure que ces derniers mois, des enquêtes et audits « ont permis de déceler des faits potentiellement délictueux, qui mettent en cause des comportements individuels » et rappelle qu’une plainte contre X a été déposée. Le directeur assure que des « mesures disciplinaires » ont été déjà prises dans ce cadre et que « toutes les mesures et sanctions qui s’avèreront nécessaires » seront prises dans le cadre des investigations en cours.

Hôpital ou  EHPAD : même scandale de dénutrition

La dénutrition en établissement de santé n’est pas un mythe. Elle concernerait 30 à 60 % des patients hospitalisés, selon l’Académie nationale de Pharmacie.

La dénutrition à l’hôpital a des conséquences médico-économiques graves. Il faut savoir que plus la durée de séjour à l’hôpital est longue, plus la dénutrition augmente. Cela accroît également le nombre de complications, en particulier infectieuses, ainsi que la mortalité, et diminue la tolérance à la chimiothérapie. En effet, un malade dénutri a quatre fois plus de risques de faire une complication infectieuse qu’un malade normo-nutri, selon l’Académie nationale de Pharmacie.

De plus, 10 à 20 % des personnes cancéreuses meurent des conséquences de leur dénutrition. Soulignons également qu’elle majore le coût d’hospitalisation de plus de 1000 €.

L’UFC-Que Choisir a dévoilé les résultats d’une enquête sur le problème de la dénutrition en Ehpad1. L’association dénonce ainsi :

  • l’organisation du personnel primant sur la bonne alimentation des seniors ;
  • des économies sur les repas aux dépens de l’équilibre nutritionnel des résidents ;
  • des carences graves dans le suivi nutritionnel des pensionnaires.

Dans son étude, l’UFC-Que Choisir souligne qu’ il est regrettable que dans 19 des Ehpad étudiés (44%), ce soit le même personnel qui doive tout à la fois assurer le service des résidents autonomes et dans le même temps s’occuper des pensionnaires dépendants qui mangent à un rythme plus lent et qui nécessitent une attention toute particulière difficilement compatible avec un service de restauration classique. La difficulté à nourrir correctement ces personnes par un personnel dévoué mais souvent débordé a d’ailleurs été mentionnée dans plusieurs commentaires ajoutés en marge du sondage.

Les personnes âgées sont particulièrement vulnérables, mais elles ne sont bien évidemment pas les seules à être touchées. Ainsi, en pédiatrie, 15% à 30% des enfants hospitalisés seraient dénutris.

La fin des panneaux avertisseurs de radars

Des panneaux bien moins précis

Depuis 2017, une rénovation est en marche sur les routes de l’Hexagone afin de changer ces panneaux bien connus de tous. Selon le site radars-info, des nouveaux panneaux mentionnant simplement la limitation de vitesse en vigueur auront remplacé les anciens dans quelques semaines.

Problème pour les automobilistes : le radar peut parfois se situer à une dizaine de kilomètres du panneau qui le mentionne. Il sera donc plus difficile à l’avenir de connaître leur emplacement exact.

Une mesure qui fait débat

Bonne idée pour certains, futur piège pour d’autres : l’arrivée de ces nouveaux panneaux fait débat. Si la Sécurité Routière trouve l’idée astucieuse car forcera les conducteurs à être vigilants sur une longue distance, ce n’est pas l’avis de tout le monde.

L’association 40 millions d’automobilistes dénonce ainsi une mesure visant à piéger les véhicules et à verbaliser davantage. Pour rappel, 58% des excès de vitesse ont lieu sous les 5 km/h au-dessus de la vitesse autorisée.

Ce n’est pas la première fois que les panneaux évoluent. Lors de son instauration en 2003, ceux-ci prévenaient d’un radar à 600 mètres sur les autoroutes. A partir de 2010, la distance a augmenté jusqu’à plusieurs kilomètres dans certains cas. C’est donc une nouvelle étape dans la lutte contre l’insécurité routière et les excès de vitesse en France.

 

 

 

 

 

 


 

Vues : 17324

Lien Permanent pour cet article : http://www.venizy.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.