Le portail infoservices de la commune de Venizy

Dernière mise à jour le                                                                                                                                                                                                                    @MVenizy 

Yonne 28/11 : vigilance  neige – verglas jusqu’à 16h

SOMMAIRE

La météo du jour

LA MÉTÉO AGRICOLE – heure par heure 

Le journal des hexagons

covid-19

5ème vague : l’europe appelle à une réaction urgente

L’Europe doit prendre “urgemment” des mesures face à la nouvelle vague de Covid-19, a estimé le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (lien en anglais) (ECDC) mercredi 24 novembre. Cette alerte de l’agence sanitaire de l’UE chargée des épidémies intervient au lendemain d’un avertissement de l’OMS sur le risque d’une nouvelle hécatombe cet hiver.

Avec plus de 2,5 millions de cas et près de 30 000 morts enregistrés depuis une semaine, le Vieux Continent est de loin la région du monde la plus touchée par la pandémie, selon les données officielles collectées par l’AFP. Et la tendance reste à la hausse, notamment dans les pays où le taux de vaccination est le moins élevé. Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies appelle donc à combler les trous en matière de vaccination. Le niveau général de vaccination dans l’UE, encore inférieur à 70% de la population totale, “laisse un large fossé vaccinal qui ne peut pas être comblé rapidement et donne un vaste espace au virus pour se répandre”, souligne l’agence. Elle invite également à prendre des “mesures non pharmaceutiques”, terme générique désignant les restrictions anti-Covid. L’Europe fait face à “un risque de fardeau très élevé” en décembre et en janvier “si des mesures de santé publiques ne sont pas appliquées urgemment”, avertit l’ECDC, dont les avis sont consultatifs.

Une dose de rappel pour tout le monde

La campagne de vaccination va reprendre activement. A partir de samedi 27 novembre, “le rappel vaccinal sera ouvert à tous les adultes dès cinq mois après leur dernière injection”, a annoncé le ministre de la Santé. Cette dose de rappel, faite dans les “sept mois après la dernière injection” deviendra par ailleurs obligatoire à partir du 15 janvier pour bénéficier du pass sanitaire.

Le masque va redevenir obligatoire en intérieur, a annoncé Olivier Véran. Cela concernera “tous les lieux fermés, y compris les lieux soumis au pass sanitaire”, a précisé le ministre de la Santé.

A l’école primaire“il n’y aura plus de fermeture systématique de classe dès le premier cas” de Covid-19, a annoncé Jean-Michel Blanquer. “Un dépistage systématique de toute la classe aura lieu et seuls les élèves présentant un test négatif pourront revenir en classe”, a-t-il complété.

 

Évolution de l’épidémie dans l’Yonne : les chiffres.

Résultat de recherche d'images pour "vaccination"

Comment trouver un rendez-vous de vaccination rapidement ?
VITE MA DOSE !

Le conseil du webmaster : si vous voyez un créneau disponible (CH, pharmacie ou autre) oubliez Doctolib toujours saturé et appelez le centre de vaccination directement !

 

 

 

 

 

Actualité municipale

décoration du sapin de noël de la mairie

Vendredi 3 décembre
à 19h00
Place de la Mairie

Décoration, illumination du sapin
Ouvert à tous !

On peut apporter sa décoration de Noël.
Venez nombreux partager ce moment de convivialité.

SAInte barbe

Pour la traditionnelle fête des sapeurs-pompiers, une messe sera célébrée le 4 décembre à 11 h en l'Église de Venizy. Elle sera suivie d'un dépôt de gerbe au Monument aux Morts puis d'un vin d'honneur.

Calendriers

Après la parenthèse 2020 imposée par la pandémie, les sapeurs-pompiers reprennent, à partir du 15 novembre, la vente de leur calendrier. Réservez leur votre meilleur accueil ! Ils comptent sur
votre générosité

MARChé DE NOËl

8 décembre de 17 à 20h

Musique, vin et chocolat chauds
Sapins de Noël
Maraîchers, fromager
Boucherie, charcuterie
Miels, confitures
Gourmandises
Décorations, savonnerie, bijoux, cousettes…

CANTINE SCOLAIRE

Le bilan du partenariat 2020-2021 avec la cuisine centrale de Torvilliers

Retrouvez ici le bilan du nouveau partenariat avec la cuisine centrale de Torvilliers (produits, équipes, distribution…).
Voir la plaquette (fichier 11Mo long à charger)

VERS UN NOUVEAU PLAN DE CIRCULATION DANS LE CENTRE DU BOURG

Une réunion publique a eu lieu le lundi 25 octobre qui avait pour but de présenter à la population le projet à l’étude qui établirait un nouveau plan de circulation dans le bourg. Outre une signalisation renforcée (notamment à destination des poids lourds), ce nouveau plan placerait la rue du Bouton, la rue de l’Hôpital et une partie de la rue des Forges en sens unique afin de fluidifier le trafic dans ces 3 zones souvent encombrées et où les croisements posent parfois des problèmes. Par ailleurs, la réfection de la bande de roulement très dégradée sur la D30 (Avenue des  Ouches et Grande Rue) sera entreprise en 2022 par le département. Cette réfection va nécessiter de nouveaux aménagements visant à réduire la vitesse des véhicules. Plusieurs possibilités sont à l’étude mais un bref sondage auprès du public présent à la réunion semble plébisciter l’installation d’un radar au niveau du croisement avenue des Ouches/rue du Four.

Affaire à suivre…

Cliquer pour agrandir

Découvrez les commerces présents

LA fibre : très  bientôt!

Le Conseil départemental vous informe

Le déploiement de la fibre entre dans sa phase terminale. Afin de mieux comprendre ce qui va changer pour les particuliers, le Conseil Départemental a mis en ligne sur son site une page  informative et une video (voir ci-dessous). Chacun est invité à s’informer avec attention des enjeux ce cette évolution majeure et des modifications indispensables qu’elle va entrainer sur ses équipements.

Voir la vidéo sur le site du Conseil Départemental

Mais la fibre, ce n’est pas toujours tout rose…

Voir le témoignage édifiant d’un installateur

ACTU LOCALE

Lire l’article du quotidien Libération

Le poulailler dont Neuvy-Sautour ne veut pas

Des habitants du village de Neuvy-Sautour, dans l’Yonne, s’opposent à un projet de construction d’un poulailler de 1.800 mètres carrés. Ils craignent des nuisances quotidiennes et dénoncent l’élevage industriel. Leur pétition en ligne a récolté plus de 55.000 signatures.

On ne peut pas avoir un poulailler de ce type-là, qui va générer des odeurs particulièrement nauséabondes. Cela va aussi générer du bruit : on va avoir un bruit constant de 70 décibels. Il faut savoir que le supportable au quotidien en permanence, c’est 60 décibels ! 70 décibels, c’est l’équivalent d’un bruit d’une route nationale. Et puis, il y a l’impact visuel, ça va être particulièrement laid. En plus, il y a un impact immobilier qui est très fort”, poursuit cet habitant du village. On craint aussi une hausse du trafic routier dans la commune.

Une stratégie départementale du groupe Plukon

Selon cette habitante, il faut replacer ce projet de poulailler dans un contexte départemental : “Ce projet s’inscrit dans une stratégie de groupe Plukon Food Group, qui veut déployer 80 poulaillers dans un périmètre de 100 km autour de Chailley [commune qui abrite l’abattoir et le siège du groupe Duc, racheté par Plukon en 2017 NDLR]

  Signer la pétition  

Article complet sur France Bleu Auxerre

La video-reportage de BFMTV

DIVERS - INFO

DERNIÈRE INFOLETTRE

L'Infolettre de novembre 2021
est en ligne.

Je vais lire ça !

 

 

 

 

 Actualité régionale

Plus d'actualités locales (par Google Actualités)

Violences faites aux femmes : tout savoir sur les aides du département

Dans l’Yonne, plusieurs structures et associations à destination des victimes de violences au sein du couple existent. Un guide départemental permet notamment de savoir où elles se situent et comment les joindre.

Des accueils de jour et hébergements d’urgence

Dans le département, deux accueils de jour sont accessibles aux femmes victimes de violences, à Auxerre et à Sens. Ces lieux sont des espaces d’accueil et d’écoute.
Pour obtenir plus de renseignements sur celui
d’Auxerre : action.sociale@ccas-auxerre.com – Tél. 03.86.51.88.00.
Pour Sens : accueildejour@mairie-sens.fr – Tél. 03.86.65.06.53.

Des hébergements d’urgence existent également : plusieurs logements dédiés, dont les adresses sont tenues secrètes, sont destinés à l’accueil de victimes en urgence à Auxerre, Sens, Tonnerre ou encore Joigny.

Enfin, le Service Intégré d’Accueil et d’Orientation (SIAO) peut également être utile en cas d’urgence ou de besoins de renseignements.
Par mail à siao@croix-rouge.fr ou par téléphone via le 115 ou 03.86.35.97.62.

Pour bénéficier d’informations juridiques gratuites

– Le Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles (CIDFF).

Il se situe dans les locaux du Phare au 8, avenue Delacroix à Auxerre. Des permanences sont assurées à Avallon, Joigny, Migennes, Sens, Tonnerre, Toucy.

Contact via le site internet, par mail à accueil@cidff89.fr ou par téléphone au 03.86.42.00.50.

– L’Association Départementale d’Aide aux Victimes d’Infractions et à la Réinsertion Sociale (l’Adavirs)

Elle se situe place du Palais de Justice à Auxerre. Des permanences se tiennent à Avallon, Brienon, Chablis, St Fargeau, St Florentin, Joigny, Migennes, Pont-sur-Yonne, Sens, Tonnerre, Toucy, St Valérien, Villeneuve l’Archevêque, Villeneuve-sur-Yonne.

Contact via le site internet, par mail à adavirs@free.fr ou par téléphone au 03.86.51.66.14.

Pour bénéficier d’aides sociales

Il est possible de se rapprocher de plusieurs interlocuteurs parmi lesquels les Unités Territoriales de Solidarité (UTS). Il en existe à Auxerre, Avallon, Joigny, Migennes, Puisaye-Forterre, Sens, Tonnerre. Le Conseil départemental (joignable au 03.86.72.88.42 ainsi que les CCAS ou MSAP (Centre communal d’action sociale ou Maison de Service au Public) peuvent également être des points de ressources.

Le département est, aussi, doté de plusieurs centres de planification et d’éducation familiale qu’il est possible de contacter selon son secteur,
à Auxerre, Avallon, Tonnerre, Joigny, Toucy, Migennes et Sens. Tél. 03.86.49.59.00.
– Des associations à l’écoute des victimes

Sur de multiples champs d’action, notamment sur l’écoute, des associations icaunaises sont disponibles pour les victimes de violences parmi lesquelles :

– L’ADAVIRS / France Victimes 89, joignable au 03.86.51.66.14, notamment pour des entretiens en urgence. Par mail francevictimes89.adavirs@gmail.com.
– Le CIDFF – Informations juridiques – entretiens gratuits, confidentiels, anonymes –
accueil@cidff89.fr – sur rendez-vous, au 03 86 42 00 42

Aides à domicile : le département engage 3 millions par an pour augmenter les salaires

L’assemblée départementale de l’Yonne a voté, ce vendredi 19 novembre 2021, un plan de soutien pour la filière des métiers du grand âge consistant en une revalorisation des salaires de 13 à 15%, dès la fin de l’année. 

Le conseil départemental de l’Yonne annonce, ce vendredi 19 novembre, mettre en place un “plan exceptionnel de soutien pour la filière des métiers du grand âge” pour faire face aux conséquences de la crise sanitaire, notamment les difficultés de recrutement dans le secteur de l’aide à domicile.

Ce plan, voté par l’assemblée départementale ce vendredi, consiste à revaloriser les salaires des métiers de l’aide à domicile de 13 à 15%, dès cette fin d’année 2021. Dans l’Yonne, 1.678 professionnels et 23 services sont concernés par cette mesure, qui devrait coûter près de 3 millions d’euros par an au département.

Renforcer l’attractivité des métiers du grand âge

Deux autres actions sont également mises en place pour soutenir les métiers du grand âge. D’une part, l’Yonne expérimentera dès le mois de janvier 2022 une plateforme des métiers de l’autonomie. Le Département devrait, “sous réserve de confirmation des enveloppes allouées par le Gouvernement” selon les mots employés dans son communiqué, pouvoir mobiliser près d’1,9 million d’euros au bénéfice de projets permettant de renforcer l’attractivité de la filière.

D’autre part, un dispositif complémentaire doit permettre d’orienter les bénéficiaires du RSA vers le secteur de l’aide à domicile dans le cadre du Service public de l’insertion et de l’emploi (SPIE).

par Myriam Lebret  YR
myriam.lebret@centrefrance.com

SERvices publics

 

Les publications de la Région et du Département

Au fil de l'Yonne N° 178 - Juin 2021

Le nouveau numéro du magazine publié par le département est en ligne. N’hésitez pas à le feuilleter.

Au fil de l'Yonne N° 178 - Juin 2021

NOUVEAU ! Des livres numériques à télécharger !

Le guide des aides spéciales aux PME en cette période de pandémie. 32 pages à découvrir.

 

 

Actualité nationale

Plus d'actualité nationale et internationale.(par MSN Actualités)

 

Accidents de la route : hausse des morts et blessés en 2021

La crise sanitaire, et les restrictions de déplacements qu'elle a engendrées, n'auront semble-t-il été qu'une parenthèse : en octobre 2021, le nombre de morts sur les routes françaises est repassé au-dessus du niveau "d'avant-Covid".

D'après le bilan encore provisoire publié ce lundi par l'Observatoire interministériel de la sécurité routière (OISC), 294 personnes sont décédées dans des collisions survenues entre le 1er et le 31 octobre 2021 en France. Un chiffre en progression de 45% (+91 tués) par rapport à octobre 2020, alors que des restrictions de déplacements liées à la crise sanitaire étaient en vigueur, mais aussi supérieur aux données "hors Covid" d'octobre 2019 (+37 tués, soit 11% de plus).

La tendance est la même en matière d'accidents corporels : 5.717 ont été recensés le mois dernier, contre 4.455 en octobre 2020 et 5.135 un an plus tôt.

Idem, enfin, pour les blessés (7.149 lors du mois écoulé) : leur nombre a bondi de 31% sur un et de 10% par rapport à 2019.

Adoption définitive de la loi contre la maltraitance animale

Le texte prévoit notamment la délivrance d'un certificat "d'engagement et de connaissance" lors de l'achat d'un animal de compagnie.

Par un ultime vote du Sénat quasi unanime, le Parlement a adopté définitivement, jeudi 18 novembre, une proposition de loi de la majorité présidentielle destinée à "lutter contre la maltraitance animale". Le vote a été acquis par 332 voix pour, une contre et 10 abstentions. Le texte prévoit notamment l'interdiction progressive des animaux sauvages dans les cirques itinérants et delphinariums, la fin de la vente de chiots et chatons en animalerie et des peines durcies pour sévices ou abandon.

La quasi-unanimité des parlementaires a été obtenue moyennant la mise à l'écart de plusieurs sujets de fâcherie. La proposition de loi ne s'attaque pas à "la maltraitance animale dans son ensemble", ont fustigé les députés Olivier Falorni (Libertés et territoires) et Bastien Lachaud (La France insoumise), selon qui la chasse en particulier "aura été particulièrement cajolée" pendant ce quinquennat.

Fini les animaux dans les vitrines

La palette de mesures vise d'abord les animaux de compagnie, "ni jouets, ni biens consommables", rappelle le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie. Un Français sur deux en possède mais chaque année, quelque 100 000 bêtes sont abandonnées. Pour éviter les achats impulsifs, un "certificat d'engagement et de connaissance" sera délivré avant toute acquisition.

Le fait de tuer volontairement un animal de compagnie constituera désormais un délit. Les personnes condamnées pour maltraitance devront suivre un stage de sensibilisation. Celles à qui il sera interdit de détenir une bête seront inscrites au fichier des personnes recherchées.

La vente de chiots et chatons en animalerie sera également interdite à compter du 1er janvier 2024. La présentation des animaux dans les vitrines ne sera plus permise. Et la vente d'animaux en ligne sera mieux encadrée.

Willy Schraen, un des premiers écologistes de France, n'a pas souhaité faire de commentaire.

 

Vos suggestions pour la France de 2022 : donnez votre avis avec France Bleu

Avec la consultation citoyenne Ma France 2022, vous pouvez partager vos priorités, faire des
propositions et donner votre avis sur celles des autres, jusqu'à la présidentielle 2022. Grâce à ces
propositions, vous participez à la rédaction d'un Agenda citoyen qui sera soumis en votre nom aux
candidats à l'élection. Faites-vous entendre !

INsultes, menaces contre les élus

Près de 1 300 agressions, menaces ou insultes recensées en 2020 contre des élus soit trois fois plus qu'en 2019
Tags insultants devant leurs domiciles, menaces de mort, agressions physiques… En 2020, les élus ont été visés à 1 276 reprises. Il s’agit d’une hausse de 200 % par rapport à 2019. Certes, les élections municipales sont passées par là, une période où les maires se retrouvent en première ligne, mais ce n’est pas la seule explication.

L’Association des maires de France (AMF) constate que le phénomène augmente depuis plusieurs années déjà. Plus de 500 maires ou adjoints et 60 parlementaires ont été agressés physiquement en 2020. Dans ce contexte particulier, les actions se “personnalisent”, avec notamment 68 domiciles d’élus et 63 véhicules privés visés, ce qui inquiète le ministère de l’Intérieur.

Une formation de la gendarmerie pour les élus

Henri Delatour est le maire du petit village de Lasalle, dans les Cévennes. Une commune très paisible, assure-t-il. Pourtant, au mois de janvier, des tensions éclatent sur le marché avec des militants anti-masques. L’élu de 71 ans tente alors d’intervenir. “À peine arrivé sur la place, il y a un des gars qui ne porte pas le masque, qui se dirige droit sur moi et m’insulte, raconte l’édile. J’essaye de résister à sa pression et là, boum, le coup dans la gueule. Je suis tombé raide complètement.”

Formation organisée dans le Calvados par la gendarmerie
Franchement, ça fait peur. Depuis que je suis tout petit dans le village, je n’ai jamais su qu’un maire s’était fait agresser.” Henri Delatour, maire de Lasalle

Ces dernières semaines, en raison de menaces jugées d’une particulière gravité, deux maires ont été placés sous protection policière. Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, et le président de l’AMF, François Baroin, ont écrit aux 35 000 maires pour les inciter à suivre une formation. Près de 350 négociateurs de la gendarmerie ont été formés par la cellule négociation du GIGN pour donner des modules de formations aux élus et apprendre aux maires à faire retomber la pression quand ils sont pris à partie.

La lettre aux maires du Ministère de l’Intérieur

“Notre statut de maire n’est plus respecté”

Parmi les élus qui assistent à la formation, Marc Andreu Sabater, le maire de Vire Normandie, a été agressé il y a deux ans alors que deux jeunes de sa commune dégradaient du mobilier urbain.”J’ai ouvert la fenêtre pour leur dire d’arrêter, et là, ils sont venus vers moi et ont balancé une grenade lacrymogène, raconte-t-il. J’ai été confronté à une violence totalement imprévisible de la part de ces deux personnes. Le président du Sénat parle souvent des maires comme des élus à portée d’engueulade. C’est vrai qu’on a de plus en plus de situations où notre rôle de maire, notre statut, n’est pas connu du tout ou n’est plus respecté. Malheureusement, je pense que c’est une tendance assez nette dans notre société aujourd’hui.

Les gendarmes insistent aussi sur l’importance de déposer plainte. D’après l’AMF, encore beaucoup trop d’élus préfèrent ne rien dire. Pour les inciter à témoigner, il existe désormais un observatoire des agressions envers les élus. FInfo

 


 

Vues : 13663

Lien Permanent pour cet article : http://www.venizy.fr/