Actualité locale

Dernière mise à jour le 24/05/2022

En direct des média locaux

5 juin

Rififi à droite entre messieurs Delot et Villiers

Delot ne votera pas Villiers.
Le maire de Saint-Florentin Yves Delot critique les nouvelles allégeances du député André Villiers dont il est encore le suppléant pour quelques jours. “Il est passé du côté de “Barbe blanche” (l’ex-Premier ministre Édouard Philippe, fondateur du parti Horizons, ndlr) sans me prévenir, dénonce l’élu de droite. Je ne voterai pas pour lui aux législatives. Je ne sais pas qui je choisirai. Peut-être le bulletin blanc.”

2 juin

Cambriolages en série

Sur les communes de Ligny-le-Châtel, Perrigny, Maligny, Egriselles-le-Bocage, Valravillon et Cerisiers, une série de cambriolages a été constatée par les forces de l’ordre tout au long de la journée du mardi. Les préjudices portent essentiellement sur des vols de bijoux, d’outillages divers ou de matériels Hi-Fi.

À Migennes, mardi matin, un vol a également été constaté au sein d’un garage automobile, ou un motocross et une console de jeu ont été dérobés.

YR

1er juin

Trafic de drogue dans le florentinois :

Deuxième jour d’audience exceptionnelle au tribunal judiciaire d’Auxerre, ce mardi 31 mai 2022, dans une affaire de trafic de drogue, en Centre Yonne, entre janvier 2019 et mars 2021. Les cinq prévenus, restés silencieux au premier jour du procès, ont pu s’exprimer et répondre aux questions des juges.

“T-Bag”, un Jovinien de 24 ans, reconnaît avoir eu un rôle d’intermédiaire en “vendant de la drogue pour le compte d’une personne extérieure” au dossier. D’ailleurs, deux balances de précision, un bloc d’héroïne de 324 grammes et un morceau de cocaïne ont été retrouvés lors de la perquisition, au 2, bis rue de Chèvre à Saint-Florentin. “Quand il s’absentait, il me laissait le téléphone pour que je réponde aux clients”, admet T-Bag, à propos de son fournisseur.

“Des sacs d’habits”

Dans un autre squat, situé 13 Grande rue, vit “le bigleux”, un Marocain de 31 ans, suspecté d’avoir activement participé au trafic. Devant les juges, il minimise son rôle, se décrivant comme un simple chauffeur. Pourtant, son ex, entendue comme témoin, assure qu’il lui fournissait de la drogue, coupant lui-même les pains d’héroïne. “Elle ment”, répond-il sèchement par la voix de son interprète.

Je ne sais pas ce que c’était, mais ce n’était pas de la drogue.

S’agissant de cette Mercedes immatriculée au Luxembourg, stationnée dans le centre de Saint-Florentin ce 15 décembre 2020, à la tombée de la nuit et du contenu des grands sacs cabas placés dans son coffre, “je ne sais pas ce que c’était, mais ce n’était pas de la drogue”, assure “Gets”, un habitué du squat situé au 13, grande rue, où près de 30 kg de stupéfiants ont été découverts par les enquêteurs. Ce Tonnerrois de 28 ans se serait livré à de curieux va-et-vient avec certains des coprévenus, à la frontière du Benelux (Belgique, Pays-Bas et Luxembourg), dans les derniers jours de l’année 2020 notamment.

Va-et-vient sur le parking d’Atac

Le 3 janvier 2021, de nouveaux sacs sont déchargés aux abords des deux squats, à Saint-Florentin. “J’étais allé vers le Benelux pour faire la fête pour la nouvelle année. C’était probablement des sacs d’affaires que j’avais pris pour aller là-bas”, argumente “le bigleux”. Plus tard, en janvier, les enquêteurs observent une valse de véhicules sur le parking du supermarché Atac, à Saint-Florentin. Des sacs sont échangés, entre une Audi et une Citroën C3. “Oui, c’était de l’alcool. On est parti boire, c’était le confinement“, lâche un des prévenus.

Du Benelux il est encore question, entre le 3 et le 15 février 2021 : le traçage de deux lignes téléphoniques démontrent que deux véhicules y ont effectué un nouveau voyage. Et de nouveaux sacs ont été déchargés. “C’étaient des sacs d’habits. Moi, je ne savais pas qu’il y avait des stupéfiants dedans“, assure l’un des plus jeunes prévenus, dont l’ADN a été trouvé sur les hanses desdits sacs. Mais pas sur les sachets de drogue placés à l’intérieur, contrairement au “Bigleux” dont le profil génétique a été trouvé sur les pains d’héroïne. Quant au sachet de poudre blanche, retrouvé éventré sur le plan de travail de la cuisine : “C’est à quelqu’un d’autre. Chez moi, c’est un squat, il y a du passage !” 

Yonne Républicaine

24 mai

Disparition de Chantal Mellet à Joigny : le mari mis en examen et écroué

Frédéric Mellet, le mari de Chantal Mellet, cette Jovinienne de 55 ans disparue depuis le 2 juillet 2020, a été mis en examen pour meurtre et placé en détention provisoire, ce vendredi 20 mai 2022.

La situation bouge dans le dossier Chantal Mellet, cette Jovinienne de 55 ans, recherchée depuis le 2 juillet 2020. Près de deux ans après sa disparition, son mari Frédéric Mellet a été interpellé par les gendarmes de la section de recherches de Dijon, ce jeudi 19 mai 2022. Puis déféré le lendemain, vendredi 20 mai, devant le juge d’instruction. “Il a été mis en examen pour meurtre et placé en détention provisoire à la maison d’arrêt d’Auxerre”, confirme le procureur de la République d’Auxerre, Hugues de Phily, joint par téléphone, ce mardi 24 mai 2022.

14 avril

Serge Lambert, fidèle correspondant de L’Yonne républicaine, s’est éteint le 11 avril 2022

Fidèle correspondant de notre journal L’Yonne républicaine pour le secteur Brienon-sur-Armançon depuis 2013, Serge Lambert s’est éteint ce lundi 11 avril 2022 à l’âge de 66 ans.

Serge Lambert, notre correspondant sur le secteur de Brienon-sur-Armançon, est décédé à 66 ans, lundi 11 avril. Retraité de la Gendarmerie nationale, il avait intégré le réseau des correspondants de l’agence Centre Yonne en février 2013.

Serge n’était pourtant pas un enfant de l’Yonne. Né le 18 avril 1955 à Lumigny-Nesles-Ormeaux en Seine-et-Marne, il a parcouru la France au gré de ses affectations entre 1977 et 2012. Ce n’est qu’à la retraite que sa femme et lui se sont installés à Brienon-sur-Armançon. Ils avaient été séduits par cette région, proche de l’Île-de-France, découverte au hasard de promenades.

“Je l’ai poussé à postuler au journal”

C’est là que le virus du journalisme le saisit. “Il déprimait un peu au début de sa retraite, raconte Monique, son épouse. Il n’avait pas grand-chose à faire. Le journal recherchait un correspondant pour ce coin, à l’époque. Comme il aimait écrire et lier connaissance, je l’ai poussé à postuler.”

Serge s’impliquera à fond dans cette nouvelle collaboration. Couvrant l’actualité de dix communes ainsi que celle de la salle de spectacle migennoise L’Escale, il était particulièrement actif. “Je ne comptais plus les soirs où je me retrouvais seule à la maison parce qu’il devait couvrir un événement”, se souvient encore sa femme. Fruit de son passage dans l’armée, il aimait que les choses soient carrées.

À l’agence de Joigny, il laisse l’image d’un homme très dévoué avec un fort caractère. “Il venait à chaque fois à notre rencontre quand nous réalisions des reportages sur son terrain, se rappelle Sophie Thomas. Il apportait même les croissants. Il connaissait son secteur comme sa poche. On l’appelait souvent pour avoir un contact, des informations.”

Il était friand de toutes les esthétiques

Même son de cloche du côté de ses interlocuteurs traditionnels. “Serge avait fini par faire partie de l’équipe de L’Escale, témoigne Guillaume Dijoux, son directeur, qui le connaît depuis 2013. Il ne manquait pas un spectacle. Sans a priori, il était friand de toutes les esthétiques musicales. Il discutait toujours avec les groupes pour rédiger ensuite des articles qui allaient au-delà des éléments de communication.”

Serge Lambert avait épousé Monique en 1977. Ensemble, ils eurent trois enfants : Steve, Jérôme, Damien. Ses obsèques se dérouleront au crématorium d’Auxerre, le 19 avril à 16 heures. À sa famille et à ses proches, L’Yonne républicaine adresse ses plus sincères condoléances.

Yonne républicaine

Pierre-Emmauel Erard
pierre-emmanuel.erard@centrefrance.com

13 avril

Brienon : augmentation de la taxe foncière

Le conseil municipal de Brienon-sur-armançon a acté, jeudi 7 avril, une augmentation de 5 % de sa part de la taxe foncière pour l’année 2022.

Les Brienonnais n’échapperont pas à la hausse de la taxe foncière comme bon nombre de leurs voisins. Réunis en conseil à l’hôtel de ville jeudi 7 avril, leurs élus municipaux ont voté “une augmentation de 5 % de la part de la commune sur le bâti, le non-bâti et la cotisation foncière des entreprises (CFE), indique le maire Jean-Claude Carra. Il faut pallier le coût de l’énergie et de l’alimentaire. Cela nous rapportera 65.000 €. C’est tout juste suffisant pour compenser.”

6 avril

Saint-Florentin : une plainte contre X déposée pour tentative de meurtre en bande organisée

Au regard d’une scène, qu’il estime “d’une gravité sans équivalent”, Me Arash Derambarsh a déposé plainte, ce mardi 5 avril 2022, pour “tentative de meurtre en bande organisée”, contre X, après que les policiers ont ouvert le feu lors d’une tentative d’interpellation des passagers d’une voiture, à la station-service de Saint-Florentin, six jours plus tôt. Le soir des faits, mercredi 30 avril, le procureur de la République d’Auxerre, Hugues de Phily, ouvrait deux enquêtes. La première, pour le délit de fuite. La seconde, concernant les conditions des tirs des policiers.

Le conducteur de la voiture, qui n’est pas celui que recherchaient les policiers, a été blessé au menton par une balle. Contacté ce mardi 5 avril 2022, l’avocat des policiers, Me Kahn a refusé de commenter le fond du dossier et la plainte déposée, réservant “ses déclarations aux enquêteurs et à la justice”.

“Tout aurait pu exploser” Concernant l’intervention des forces de l’ordre, l’avocat parisien, Me Derambarsh considère que les policiers “ont procédé à des actes de violences en toute illégalité”. Il dénonce des “atteintes graves au principe de précaution”, les forces de l’ordre ayant utilisé leur arme dans une station-service : “tout aurait pu exploser”.

YR

2 avril

Tirs à la  station-service Intermarché de Saint-Florentin : les policiers se sont-ils trompés de véhicule ?

Une rumeur circule depuis quelques heures sur les réseaux sociaux, indiquant que les policiers se seraient “trompés” de véhicule, lors d’une tentative d’interpellation suivie de tirs par arme à feu à la station-service Intermarché de Saint-Florentin, le mercredi 30 mars 2022. Ce vendredi 1er avril, le procureur de la République d’Auxerre a démenti cette thèse. 

Les policiers se sont-ils trompés de cible, lorsqu’ils ont tenté d’interpeller les passagers d’un véhicule, mercredi 30 mars 2022, à la station-service Intermarché de Saint-Florentin ? C’est, en tout cas, la rumeur qui circule sur les réseaux sociaux depuis quelques heures. Une théorie à laquelle le procureur de la République d’Auxerre veut mettre un point d’arrêt, ce vendredi 1er avril : “Je démens formellement cette rumeur”, a indiqué le magistrat

1 avril

Situation tendue à Saint-Florentin

Des habitants de Saint-Florentin ont défilé le jeudi 31 mars 2022 dans la soirée, dans les rues de Saint-Florentin, pour dénoncer la blessure par balle d’un jeune du quartier de la Trécey la veille.

“Justice pour Ayman, justice pour Ayman !” Cent à cent cinquante personnes se sont rassemblées, ce jeudi soir vers 20 heures, à Saint-Florentin, au lendemain de la blessure, probablement par balle, d’un jeune du quartier de la Trécey, lors d’une tentative d’interpellation à la station-service Intermarché de la commune.

Dans un premier temps, le cortège, qui n’était pas encadré par les forces de l’ordre, a pris la direction de la mairie dans le calme. Les habitants ont croisé la route du maire Yves Delot auquel des manifestants ont reproché son silence. “Il faut dénoncer monsieur le maire ! C’est normal que des gendarmes en civil tirent sur des gamins ?”, l’interpelle un homme. Embarrassé, le maire a répondu qu’il avait effectivement été “surpris” et qu’il devait “s’entretenir la semaine prochaine avec le procureur de la République“.

31 mars

Coups de feu à l’Intermarché de Saint-Florentin

Un jeune homme de 19 ans a été blessé par balle au menton et transporté à l’hôpital, après une tentative d’interpellation par les policiers dans la station-service Intermarché de Saint-Florentin, ce mercredi 30 mars 2022.

Un délit de fuite à une station-service, des tirs par arme à feu, et une interpellation… Le scénario s’est noué en l’espace de quelques minutes, ce mercredi 30 mars 2022 aux alentours de 17 heures, à Saint-Florentin. Au terme d’une scène en deux actes, un jeune homme de 19 ans, habitant du quartier de la Trécey de la ville, a été blessé par une balle au menton. Il a été pris en charge par les pompiers et transporté à l’hôpital d’Auxerre.

D’après des images de caméras de vidéosurveillance que nous avons pu consulter, il était 17 h 10 lorsque des policiers en civil tentent d’interpeller les passagers d’une voiture Peugeot, à l’arrêt à la station-service Intermarché, le long de la 905 à la sortie de la commune. Trois agents entourent la voiture. Le conducteur trouve une brèche à travers les véhicules et prend la fuite, direction le quartier de la Trécey, à quelques mètres plus loin.

Une balle se loge dans un autre véhicule

Une opération de police de région parisienne était menée à Saint-Florentin. Elle concernait un individu recherché”, indique le procureur de la République d’Auxerre, Hugues de Phily. Selon nos sources, le dossier était confié à la Sûreté départementale de l’Essonne et l’intervention aurait été menée avec le soutien de la BRI (Brigade de recherche et d’intervention) de Dijon. Nous ne savons pas encore quels faits étaient reprochés à cet individu “de passage dans l’Yonne”, précise le magistrat, qui a saisi la police judiciaire d’Auxerre et l’Inspection générale de la police nationale.

Lorsque la voiture prend la fuite, des coups de feu sont tirés au niveau de la station-service, confirme le parquet. Une balle se serait logée dans la portière arrière, côté passager, de la voiture d’une mère de famille, avec à bord sa fille. “J’étais devant la voiture qu’ils ont contrôlée, on faisait la queue pour payer mais il y avait de l’espace pour passer”, raconte la conductrice.

Interpellé sur un parking

Selon nos informations, le conducteur de la voiture que tentaient de contrôler les policiers a été touché, à ce moment-là, par une balle au niveau du menton. Une information confirmée par le procureur de la République d’Auxerre dans la soirée. Nous ne savons pas, à ce stade, si les occupants de la Peugeot étaient armés.

L’automobiliste en fuite a ensuite repris la route départementale, pour rejoindre le quartier de la Trécey, tout en étant poursuivi par les policiers. Son interpellation puis sa prise en charge par les pompiers ont eu lieu sur un parking, le long de l’avenue de l’Europe, en témoignent des traces de sang retrouvées à proximité. Aucune information n’a été communiquée sur la nature de l’affaire et sur les deux autres passagers du véhicule.

YR

21  janvier

Trafic de stupéfiants démantelé dans l’Yonne

Lundi 17 janvier 2022, les gendarmes de l’Yonne ont mené des opérations simultanées et interpellé onze Icaunais, soupçonnés de trafic de stupéfiants. Six d’entre eux doivent comparaître, ce vendredi 21 janvier après-midi, devant le tribunal correctionnel d’Auxerre.

Six Icaunais soupçonnés de trafic de stupéfiants doivent être jugés, ce vendredi 21 janvier 2022, par le tribunal correctionnel d’Auxerre dans le cadre d’une comparution immédiate. Une audience qui ne devrait pas être jugée sur le fond, puisque des demandes de renvoi auraient été formulées par les avocats de la défense. Le tribunal devra, en revanche, statuer sur leur placement en détention provisoire.

Au total, onze hommes avaient été interpellés lors d’une opération qui a mobilisé 170 militaires, lundi 17 janvier au petit matin. “La majorité à Saint-Florentin, d’autres à Auxerre et dans le Sénonais“, explique le colonel Christophe Plourin, commandant le groupement de gendarmerie nationale de l’Yonne.

17  janvier

Deux nouveaux médecins à Saint-Florentin

Deux médecins généralistes ont installé leurs cabinets dans le vieil hôtel de ville de Saint-Florentin en ce mois de janvier. Leurs créneaux sont déjà pleins.

C’est une bonne nouvelle sur le front de la santé à Saint-Florentin en ce début d’année. Les habitants peuvent compter sur la présence de deux nouveaux généralistes.

“Le premier médecin a commencé son exercice lundi 10 janvier”, indique le maire (LR) Yves Delot. “Sa consœur, quant à elle, commencera mercredi 19 janvier”, précise l’élu. Leurs venues étaient annoncées et attendues depuis plusieurs mois. “Il faut passer par le site Internet Doctolib pour prendre rendez-vous auprès d’eux”, complète-t-il.

14 décembre

Une harmonie départementale à Venizy

L’école intercommunale de musique de Venizy va accueillir un orchestre d’harmonie départemental dans ses murs à partir du mois de janvier 2022.

Avec sa toute nouvelle formation orchestrale à vocation départementale, l’école intercommunale de musique de Venizy et son directeur Benjamin Félix, veulent monter en gamme. “L’harmonie est mal représentée notamment dans le département, estime ce dernier. Elle n’a pas une image de musique jeune, dynamique. Comme la musique classique, mais en pire. Il faut aller chercher le public.”

Les inscriptions, gratuites, sont toujours ouvertes. Le directeur a assuré la promotion auprès des différentes harmonies icaunaises. “La formation peut comprendre jusqu’à soixante-dix membres, indique le directeur de l’école. On espère entre 50 et 60 personnes.” À l’heure actuelle, une quarantaine de personnes se sont déjà inscrites. Parmi elles, cinq professionnels. “C’est pourquoi on ne peut pas complètement parler de formation d’amateurs”, explique-t-il.

YR

8 novembre

Interrogations autour de la qualité de l’eau issue de la source du Créanton

“Il nous faut réduire les pratiques des agriculteurs pour éviter au maximum les fuites de nitrates vers les nappes souterraines. C’est facile à dire mais, je le sais, ce n’est pas simple à gérer pour les agriculteurs.”
Yves Delot (Maire (LR))

Rappelant que la ville de Saint-Florentin est alimentée via le mélange de la source des Fourneaux et de celle du Créanton, le maire Yves Delot (LR) a détaillé la problématique : “Comme vous le savez, la source du Créanton est polluée par des nitrates. On est à la limite des 50 milligrammes par litre qui est le taux maximum acceptable pour de l’eau potable. Il nous faut réduire les pratiques des agriculteurs pour éviter au maximum les fuites de nitrates vers les nappes souterraines. C’est facile à dire mais, je le sais, ce n’est pas simple à gérer pour les agriculteurs.”

l’article complet dans l’Yonne Républicaine

Vues : 3116

Lien Permanent pour cet article : https://www.venizy.fr/actu_loc-actualite-locale-venizy/