La forêt

Venizy est la quatrième commune la plus boisée de l’YONNE. Le souci de la municipalité a toujours été de maintenir les forêts dans un état conforme au contrat signé avec l’ONF. En 2015, le conseil municipal a voté la plantation de 8,2 ha en  chêne sessile et la régénération de la forêt sur 14 ha.
Outre la “matière première” fournie par le bois et le rôle écologique fondamental joué par son immense surface, la forêt constitue aussi un atout touristique majeur. Les paysages changent à l’infini selon les endroits et les saisons. Des parcours balisés avec des aires de repos et de remise en forme ont été aménagés. Cette filière touristique est en synergie avec d’autres acteurs du même ordre, notamment le Canal de Bourgogne et les parcours œnologiques du chablisien.

 

Par Thibaut VARINOT
Technicien Forestier Territorial
Office National des Forêts

Histoire de la forêt de Venizy

Son origine est complexe et ancienne, elle remonte à des temps immémoriaux, probablement plus d’un millénaire. En effet, sa première origine connue est liée d’une part au legs opéré par Erard de Brienne et sa femme Mahaut en novembre 1247 au bénéfice des habitants de Venizy et d’autre part au partage des bois établi le 7 novembre 1549 par les abbés de Pontigny avec la forêt domaniale de Malgouvernes voisine. Nul ne doute qu’avant 1247, la forêt existait déjà.
Cette forêt reposant sur de bons sols forestiers est sise en plein cœur du pays d’Othe, région naturelle qui s’étend de la vallée de l’Yonne aux portes de Troyes, à cheval sur les départements de l’Yonne et de l’Aube. L’altitude moyenne est de 250 mètres ; la température moyenne annuelle est de 10°C et la pluviométrie annuelle atteint 850 mm. Ces conditions sont propices au développement de belles chênaies, accompagnées de hêtres et de charmes entre autres.
Cette forêt possède des éléments remarquables : elle fut un lieu de maquis de la résistance lors de la seconde guerre mondiale ; une stèle nous rappelle ces faits en parcelle 17. Elle fut érigée à la mémoire de Pierre Jouhet, résistant, abattu par les allemands le 23 juin 1944. Cette stèle fait l’objet de commémorations régulières par la commune de Venizy.

Un autre élément remarquable habite cette forêt : c’est un arbre remarquable dénommé « les six frères ». Il s’agit d’une cépée de chênes sessile (appelés aussi chênes rouvre) qui a poussé en parcelle 2, dans le canton « des Usages » et qui est conservée avec attention ; une des six tiges a dû être coupée il y a quelques années par sécurité car elle risquait de tomber. Les chênes peuvent être deux (jumelles), trois (triplés) mais très rarement plus ! Cet arbre peut être vu une fois garé sur le parking de la parcelle 6 en bord de la D112 reliant Arces au Vaudevanne. Ce parking aménagé est une aire d’accueil de pique-nique pour les promeneurs, elle est équipée d’une poubelle et doit rester propre.

La forêt aujourd’hui.

Depuis 1964, date de la création de l’Office National des Forêts (découlant de l’administration des Eaux et forêts), c’est donc l’ONF qui en assure la gestion. L’ONF est un EPIC (Etablissement Public à Caractère Industriel et Commercial).

 

Pour la plupart des gens, la forêt demeure un lieu mystérieux incompréhensible. Quels sont ces arbres ? A quoi servent-ils ? Comment poussent-ils ? Qui plante les arbres ?… mille questions auxquelles le promeneur lambda est incapable de répondre.
Pour aider les gens intéressés, l’ONF a publié sur son site une page très pédagogique intitulée “Comprendre la forêt” dont on ne peut que conseiller la lecture !


©Nathalie Petrel / ONF

Comprendre la forêt sur le site de l’ONF

Préserver la forêt avec le régime forestier sur le site de l’ONF

La charte du promeneur sur le site de l’ONF

 

La forêt : un lieu de découverte et d’émerveillement

Et si on profitait d’une promenade forestière pour en savoir un peu plus sur les arbres ?

L’ONF a publié sur son site une fiche qui permet à tout un chacun de mieux reconnaitre les différentes essences qui composes la forêt. La voici reproduite ci-dessous mais également téléchargeable à cette adresse.

Reconnaître les arbres : deux clés de détermination

Savez-vous reconnaître les arbres ? Une silhouette, un fruit ou une écorce caractéristiques suffisent parfois, mais pour être certain de l’espèce, il faut savoir observer les feuilles et les aiguilles.

Voici deux documents qui vous permettront de trouver à coup sûr le nom des principaux arbres de nos forêts, les feuillus et les résineux. A imprimer et glisser dans votre poche pour la prochaine balade !

Deux grands ensembles

Prêts pour un jeu grandeur nature en forêt ? Alors à vos clés de détermination !

Vous verrez, c’est simple. Pour trouver le nom d’un arbre, il faut tout simplement procéder par élimination. Et pour commencer, on a le choix entre deux grands ensembles : les feuillus d’un côté, les résineux (appelés aussi conifères) de l’autre.

Les feuillus

On les appelle feuillus, pourtant ce sont les arbres qui perdent leurs feuilles en automne ! On parle des arbres à feuilles caduques. Ces feuilles sont généralement larges et contrairement aux résineux elles sont rarement sous forme d’aiguilles ou d’écailles.

Vous êtes face à un feuillu ? Alors observez maintenant ses feuilles plus attentivement.
On distingue en effet :

  • les feuilles simples en une seule partie, comme celles de l’Erable ou du Chêne
  • des feuilles composées formées de plusieurs petites feuilles, les folioles (comme celles du Frêne ou du Robinier).

Le critère suivant est la disposition des feuilles sur un rameau. Là aussi, deux solutions :

  • soit les feuilles sont disposées les unes en face des autres (Erable), les botanistes parlent alors de feuilles opposées
  • soit les feuilles sont décalées comme c’est le cas de la majorité des feuillus de nos régions, on parle alors de feuilles alternées.

Vous suivez ? Alors observez maintenant les feuilles d’un peu plus près, tâchez éventuellement de repérer les fruits de l’arbre et en comparant avec la description et les dessins de notre clé de détermination.

Vous trouverez vite le petit nom de votre arbre mystérieux !

Les résineux

Pas de mystère, le camp des résineux est celui du sapin et de ses cousins. On les appelle aussi conifères parce qu’ils portent des cônes. Ce sont les fameuses pommes de pin notamment, formées d’écailles ligneuses et renfermant les graines.

Contrairement aux feuillus, les résineux ont des feuilles sous forme d’aiguilles qu’ils conservent toute l’année, on parle alors de feuillage persistant.

Une exception qui confirme cependant la règle : le Mélèze, dont les aiguilles deviennent jaune doré à l’automne avant de tomber comme chez les feuillus. Ainsi le Mélèze possède le rare statut de résineux à feuillage caduc !

Pour trouver le nom d’un résineux, là aussi observez bien de près :

  • les aiguilles sont soit attachées seules sur le rameau (comme chez le Sapin)
  • soit attachées par touffe de 2 à 5. En fonction de leur nombre, les possibilités se réduisent déjà !

Comparez ensuite avec les caractéristiques et les dessins présents sur la clé de détermination, trouvez éventuellement un cône pour confirmer et voilà : vous avez le nom. Le tour est joué !

Pour des images lisibles, en grande dimension, téléchargez la notice.

ou si vous êtes encore plus moderne, l’application ” Clés de la forêt” sur GooglePlay et Appstore

©Document ONF

 

Lien Permanent pour cet article : http://www.venizy.fr/la-foret/