Actualité locale

Dernière mise à jour le 26/10/2021

En direct des media locaux

19 novembre

Fermeture de l’équipementier Benteler à Migennes

L’équipementier allemand Benteler Automotive a annoncé la fermeture à une date encore indéterminée de son site à Migennes, lors d’un comité social économique ce jeudi 18 novembre 2021. L’intersyndicale a appelé à un mouvement de grève et de blocage immédiat de l’entreprise.

Les jours du site Benteler Automotive à Migennes, un des principaux employeurs dans la cité cheminote, sont comptés. Le groupe allemand entend fermer l’usine à terme. La direction a fait cette annonce lors d’un comité social économique (CSE) extraordinaire convoqué dans la matinée de ce jeudi 18 novembre.

La menace planait depuis plusieurs mois. Fin juin, l’équipementier allemand faisait connaître sa volonté de se défaire du site qu’elle possède depuis une trentaine d’années.

Nous voulons faire le point avec les représentants du personnel sur la fin du processus de recherche d’un repreneur pour le site, explique un de ses porte-paroles. Nous avions un peu étendu le calendrier pour donner le plus de chance à cette quête.”

YR

10 novembre

Joséphine Baker honorée à Saint-Florentin

Depuis le 6 novembre 2021, la ville de Saint-Florentin rend hommage à Joséphine Baker à travers une exposition extérieure retraçant la vie de l’artiste. “Cette rétrospective permet de déambuler dans les rues. Tout le monde peut y accéder, même sans pass sanitaire”, convient la directrice de l’office de tourisme de Serein-et-Armance, Carole Fournier.

Les différentes périodes de la vie de l’artiste sont présentées à travers plusieurs lieux socio-culturels du centre-ville. La façade de l’office de tourisme présente dans un premier temps l’enfance, la jeunesse et le mariage de Joséphine Baker avec le footballeur Jean Lion. “Elle a reçu la nationalité française à l’issue de son mariage, en 1937”, précise la directrice.

“L’artiste venait à Saint-Florentin en villégiature”

Joséphine Baker rencontre par la suite le beau-frère de son mari, Charles Daullé, dirigeant de l’usine de bonbons florentinoise Dolis. “L’artiste venait à Saint-Florentin en villégiature. Les gens qui l’ont côtoyé gardent un bon souvenir d’elle”, raconte Carole Fournier.

8 novembre

Véhicules dégradés entre Saint-Florentin  et Tonnerre

Dans la nuit du samedi 6 au dimanche 7 novembre 2021, plusieurs dégradations de véhicules ont été commises sur le territoire de plusieurs communes du Florentinois et du Tonnerrois. Des investigations sont en cours.

De nombreuses voitures ont été dégradées dans des villages situés sur la route entre Tonnerre et Saint-Florentin, dans la nuit du samedi 6 au dimanche 7 novembre. Cette nuit-là, des véhicules stationnés dans la rue ont été vandalisés à Épineuil, Roffey, Bernouil, Dyé, ou encore Villiers-Vineux… Le ou les auteurs des faits ont principalement dégradé les vitres ou le pare-brise.

Contactée, la préfecture de l’Yonne n’a “pas souhaité commenter les investigations en cours”. La directrice de cabinet du préfet a ajouté que “les faits ont été pris en compte immédiatement et les services de l’État sont pleinement mobilisés pour éviter toute réitération d’une série de faits de même nature”.

Ce mardi soir, le parquet d’Auxerre n’était pas en mesure de communiquer sur le nombre exact de victimes ou l’ensemble des communes concernées. “Ce qui est sûr, c’est qu’il n’y a pas de garde à vue en cours, en lien avec ces événements”, assurait le procureur de la République Hugues de Phily.

4 novembre

Nouvelle condamnation pour le maire de Brienon

Ce 4 novembre 2021, le tribunal correctionnel de Sens a reconnu le maire de Brienon-sur-Armançon coupable d’avoir favorisé l’association d’insertion Vitavie en lui octroyant systématiquement des marchés entre janvier 2017 et avril 2019. Condamné à 15.000 euros d’amende avec sursis, Jean-Claude Carra échappe à l’inéligibilité requise par le parquet.

L’affaire avait été examinée le 21 octobre par le tribunal correctionnel de Sens. Mis en délibéré, le jugement est tombé ce jeudi 4 novembre : le maire de Brienon-sur-Armançon Jean-Claude Carra a été reconnu coupable d’avoir “atteint à la liberté d’accès ou à l’égalité des candidats dans des marchés publics commis entre janvier 2017 et avril 2019” et condamné à une amende de 15.000 euros avec sursis.

Article complet dans l’Yonne Républicaine

 

4 novembre

Dégradations au gymnase du collège de Saint-Florentin

Des dégradations ont été constatées dans la soirée du mardi 2 novembre au gymnase du collège de Saint-Florentin. Une vitre a été cassée et à l’intérieur du bâtiment, des tapis et deux extincteurs ont été dégradés.

27 octobre

Brienon : condamnation du maire  partiellement confirmée en appel

Mercredi 13 octobre 2021, la cour d’appel de Paris a rendu son délibéré dans l’affaire de l’amiante impliquant le maire de Brienon-sur-Armançon, Jean-Claude Carra. L’élu est définitivement condamné à huit mois de prison avec sursis et 10.000 € d’amende, dont la moitié assortie d’un sursis.

Jean-Claude Carra était mis en cause pour avoir exposé, en 2015, des agents municipaux à l’amiante sur un chantier de démolition d’un préfabriqué, à l’école élémentaire André-Gibault de Brienon-sur-Armançon. Le tribunal avait décelé plusieurs manquements au niveau de la formation des agents, du suivi médical, de la signalisation sur le chantier. La juridiction avait par ailleurs relevé des problèmes dans le stockage des déchets amiantés.

En première instance, Jean-Claude Carra avait été condamné à huit mois de prison avec sursis et 10.000 € d’amende. La cour d’appel a donc partiellement infirmé la peine d’amende.

“C’est une erreur administrative. Je n’avais pas pris d’entreprise agréée. Je ne vais pas dire que je suis heureux de cette condamnation, mais je la comprends parce que j’ai fait cette erreur. Même si je la trouve dure. Le sujet de l’amiante est toujours un sujet très sensible”, a-t-il commenté, ce mardi 26 octobre.

Le maire a affirmé qu’il ne souhaitait pas se pourvoir en cassation, suite à cette décision. “En aucun cas, confiant dans le débat avec la cour, et après avoir entendu les réquisitions du procureur, je n’avais l’intention de porter cette affaire en cassation”, a-t-il écrit dans un courrier.

29 septembre

Le poulailler dont Neuvy-Sautour ne veut pas

Des habitants du village de Neuvy-Sautour, dans l’Yonne, s’opposent à un projet de construction d’un poulailler de 1.800 mètres carrés. Ils craignent des nuisances quotidiennes et dénoncent l’élevage industriel. Leur pétition en ligne a récolté plus de 43.000 signatures.

On ne peut pas avoir un poulailler de ce type-là, qui va générer des odeurs particulièrement nauséabondes. Cela va aussi générer du bruit : on va avoir un bruit constant de 70 décibels. Il faut savoir que le supportable au quotidien en permanence, c’est 60 décibels ! 70 décibels, c’est l’équivalent d’un bruit d’une route nationale. Et puis, il y a l’impact visuel, ça va être particulièrement laid. En plus, il y a un impact immobilier qui est très fort”, poursuit cet habitant du village. On craint aussi une hausse du trafic routier dans la commune.

Au-delà de l’impact pour la commune, les opposants au projet de poulailler dénoncent aussi un mode de production industriel qui va à l’encontre des exigences actuelles en matière d’alimentation et d’environnement. “Vous imaginez, 40.000 poulets dans 1.800 mètres carrés, ça fait l’espace d’une feuille A4 par poulet”, explique Richard Boessinger. _”_Ce sont des élevages intensifs qui génèrent de la maltraitance animale”, ajoute Nathalie Cronier, “pour moi, c’est aussi la question de la malbouffe, ce sont des poulets qui grandissent en 40 jours. Normalement, des poulets grandissent en trois mois ! Donc à un moment donné, c’est aussi un choix de société”.

 

Une stratégie départementale du groupe Plukon

Selon cette habitante, il faut replacer ce projet de poulailler dans un contexte départemental : “Ce projet s’inscrit dans une stratégie de groupe Plukon Food Group, qui veut déployer 80 poulaillers dans un périmètre de 100 km autour de Chailley [commune qui abrite l’abattoir et le siège du groupe Duc, racheté par Plukon en 2017 NDLR].  Donc on peut s’interroger aussi sur l’impact pour notre zone qui est déjà très polluée. Et je m’interroge sur ce que font nos élus pour mesurer cet impact et nous protéger”, ajoute Nathalie Cronier.

Une pétition en ligne contre le projet a déjà plus de 43.000 signatures. Selon les membres de l’association “Neuvy Nouvel Horizon”, le conseil municipal s’est prononcé le 24 septembre dernier contre le projet, mais l‘enquête publique a pris fin le 20 septembre et c’est désormais à la préfecture de trancher. Le porteur du projet et le maire du village n’ont pas répondu à nos sollicitations.

Article complet sur France Bleu Auxerre

26 septembre

Grange en feu au Ruet

Une vingtaine de pompiers ont été mobilisés lundi 26 septembre vers 19 heures à Venizy (Yonne) dans le Florentinois. Une grange a été détruite dans un incendie vers 19 heures au lieu-dit Le Ruet. Un couple et ses deux enfants qui vivaient dans la maison attenante ont du être relogés. Les pompiers sont restés sur place jusque vers 23 heures le temps de sécuriser les lieux.

1 septembre

Le nouveau pôle musical de Venizy cherche à louer son studio d’enregistrement

Inaugurée en juin dernier, la nouvelle école communautaire de musique de Venizy possède un studio que les élus cherchent à louer.

Venizy est prêt à accueillir ténors, sopranos et tous les ensembles instrumentaux possibles pour se produire, voire plus… Le nouveau bâtiment du pôle musical communautaire, inauguré dans cette commune en juin dernier, possède un studio d’enregistrement. Un équipement plutôt rare pour une école publique de musique en Centre Yonne. “Le plus près est à Auxerre avec celui du Silex”, croit savoir Benjamin Félix, le directeur de l’école de musique communautaire Serein-et-Armance.

YR

Affaire Nora Quoirin : un tribunal annule  le verdict concluant à une mort accidentelle

C’est une petite victoire pour la famille de Nora Quoirin, dont une partie vit encore dans l’Yonne, à Venizy. Mercredi 16 juin 2021, un juge malaisien a annulé le verdict qui avait conclu à une mort accidentelle de la jeune fille de 15 ans, dont le corps avait été retrouvé en 2019 dans la jungle, dix jours après sa disparition.

C’est une première étape dans la reconquête de la vérité“, estime Sylvain Quoirin, maire de Venizy et grand-père de Nora Quoirin. Une jeune fille de 15 ans dont le corps sans vie avait été retrouvé en août 2019 dans une jungle à proximité de l’hôtel où elle séjournait avec sa famille, en Malaisie, dix jours après sa disparition.

YR

25 mai

Recytherm Brienon va s’agrandir et se déplacer

Doubler sa superficie et sa production : c’est tout l’enjeu du projet de déménagement de l’entreprise Recytherm, à Brienon-sur-Armançon.

Aujourd’hui, nous sommes à saturation. Nous avons trouvé un terrain vers la déchetterie qui nous permettra de doubler notre superficie“, annonce le gérant, David Leleu. “L’objectif dans cinq ans maximum, sera d’atteindre un tonnage de 10.000 tonnes par an.” Un permis de construire devrait être déposé cet été 2021.

A l’été 2022, l’entreprise devrait quitter son site historique, pour déménager 500 mètres plus loin, vers le canal. “Nous allons pouvoir avoir un véritable laboratoire et non pas un simple bungalow comme aujourd’hui, se réjouit Laurent Poulet, le directeur. Le futur site permettra également un stockage des matières dans un bâtiment couvert. Nous aurons donc une meilleure maîtrise du taux d’humidité et une qualité constante des produits.

27 février

Incendie à Venizy rue du Faudion

Un incendie a éclaté dans une maison, rue du Faudion, à Venizy, ce samedi 27 février, aux environs de 15 heures. La toiture du logement a notamment été détruite par les flammes. Mais aucun blessé n’est à déplorer. 

C’est un riverain qui a alerté les secours, ce samedi après-midi, vers 15 heures. Pour des raisons encore indéterminées, un incendie venait de se déclarer dans une maison, située rue du Faudion, à Venizy, les flammes étant visibles au niveau de la toiture. Les pompiers de Venizy sont très vite arrivés sur les lieux mais l’ampleur de l’incendie a nécessité de faire appel à des équipes de secours supplémentaires.

Placés sous l’autorité du lieutenant David Oger, une vingtaine de sapeurs-pompiers venus des centres de Saint-Florentin, Brienon-sur-Armançon, Joigny et Auxerre sont alors intervenus pour maîtriser le feu, et éviter, en particulier, les risques de propagation aux habitations voisines.

12 février

Encore trop d’accidents mortels sur les routes de l’Yonne

Le bilan de l’accidentologie et de la mortalité routière dans l’Yonne pour l’année 2020 a été présenté à la presse ce vendredi 12 février 2021. Il fait ressortir des chiffres meilleurs qu’en 2019, mais qui restent inquiétants. La préfecture prévoit des actions de sensibilisation, dès la fin du mois.

Vingt-neuf morts sur les routes de l’Yonne en 2020. C’est 12 de moins qu’en 2019 (pire année depuis dix ans), mais c’est encore trop. Surtout quand on sait que l’année a été marquée par des restrictions de circulation, dues à la pandémie de coronavirus entre le 17 mars et le 11 mai, puis entre le 30 octobre et le 15 décembre, et enfin sur la dernière quinzaine de l’année avec le couvre-feu.

Article Yonne Républicaine

20 janvier

Changement d’intercommunalité : le préfet dit non à Brienon, Esnon et Ormoy

Le préfet de l’Yonne a suivi l’avis défavorable rendu par la commission restreinte de la CDCI. Brienon, Esnon et Ormoy ne peuvent pas quitter la communauté de communes Serein-et-Armance.

11 décembre

La commission départementale s’oppose au changement d’intercommunalité de Brienon, Esnon et Ormoy.

Très attendu, l’avis de la commission départementale de la coopération intercommunale a été rendu en fin d’après-midi ce vendredi 11 décembre. Et celui-ci est défavorable au souhait formulé par Brienon-sur-Armançon, Esnon et Ormoy de quitter la communauté de communes Serein-et-Armance pour rejoindre le Migennois.

Au final, après deux heures d’échanges – marquée notamment par une demande de référendum d’initiative citoyenne (RIC) formulée par la conseillère départementale Françoise Roure, et le conseiller municipal et ancien maire de Joigny, Bernard Moraine – Il a été procédé au vote.

Une commission restreinte composée de 15 élus – sur une quarantaine – a alors été formée. Et a rendu son avis. Avec un résultat sans appel : 10 ont voté contre un changement d’intercommunalité pour les trois communes, et quatre seulement ont voté en faveur d’un faveur.

EN SAVOIR+ Infolettre Spéciale de septembre.

Yonne Républicaine

2 décembre

Trois Icaunais condamnés à de la prison pour avoir pris en embuscade des gendarmes et des sapeurs-pompiers à Saint-Florentin

Trois Florentinois étaient jugés ce mercredi 2 décembre en comparution immédiate devant la chambre correctionnelle du tribunal judiciaire d’Auxerre. Poursuivis pour avoir incendié des voitures et pris en embuscade des gendarmes et des sapeurs-pompiers en août et en novembre derniers, ils ont été reconnus coupables et condamnés à des peines d’emprisonnement.

Yonne Républicaine

 

8 novembre

Interrogations autour de la qualité de l’eau issue de la source du Créanton

“Il nous faut réduire les pratiques des agriculteurs pour éviter au maximum les fuites de nitrates vers les nappes souterraines. C’est facile à dire mais, je le sais, ce n’est pas simple à gérer pour les agriculteurs.”
Yves Delot (Maire (LR))

Rappelant que la ville de Saint-Florentin est alimentée via le mélange de la source des Fourneaux et de celle du Créanton, le maire Yves Delot (LR) a détaillé la problématique : “Comme vous le savez, la source du Créanton est polluée par des nitrates. On est à la limite des 50 milligrammes par litre qui est le taux maximum acceptable pour de l’eau potable. Il nous faut réduire les pratiques des agriculteurs pour éviter au maximum les fuites de nitrates vers les nappes souterraines. C’est facile à dire mais, je le sais, ce n’est pas simple à gérer pour les agriculteurs.”

l’article complet dans l’Yonne Républicaine

2 septembre

Les insultes contre les maires désormais considérées et jugées comme des outrages.

Le ministre de la Justice a annoncé ce mercredi que les insultes contre les maires seraient désormais considérées comme des outrages, au terme d’une réunion interministérielle à Matignon sur la violence contre les élus.

Nous allons suggérer aux parquets de retenir cette qualification, car le maire qui est insulté, c’est un maire qui, au sens du droit pénal, est un maire outragé“, a déclaré le garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti , qui a annoncé une circulaire “dans les prochains jours, voire dans les prochaines heures” pour répondre aux agressions contre les élus.

 

Vues : 2509

Lien Permanent pour cet article : http://www.venizy.fr/actu_loc-actualite-locale-venizy/